Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Les Ursulines > Archives > XVIe-XVIIe

XVIe-XVIIe

L’arrivée des Ursulines en France (fin XVIe-début XVIIe siècles)

Le 25 novembre 1535, sainte Angèle fonde la Compagnie de Sainte-Ursule qui rassemble de jeunes vierges voulant se consacrer entièrement au Christ mais n’ayant pas la possibilité ou la vocation d’entrer dans un monastère. À la mort de sainte Angèle le 27 janvier 1540, son œuvre entreprise peut être poursuivie grâce aux écrits qu’elle a laissés. En effet, elle fait rédiger sa Règle qui illustre bien sa spiritualité et l’organisation de la Compagnie ; puis les Avis pour les vierges colonelles, supérieures et formatrices et enfin son Testament pour les veuves qui gouvernaient la Compagnie. En fait, la Compagnie de Sainte-Ursule se composait de vierges de tous statuts sociaux confondus. Comme leur nombre a rapidement augmenté, il a fallu mettre en place une structure et un mode de gouvernement. C’est alors que certaines d’entre elles sont nommées pour être à la tête d’un colonnat c’est-à-dire d’un secteur géographique précis, ce qui permet à ces supérieures d’être plus proches des vierges dont elles ont la charge. Au-dessus de ces vierges colonelles, des veuves sont à la tête de la Compagnie afin d’apporter les moyens temporels nécessaires. Pour autant, l’existence de cette hiérarchie ne doit pas être un frein à l’unité et la charité entre toutes les vierges et les veuves. C’est en effet ce que rappelle sainte Angèle dans ses différents écrits : « Ayez soin que toutes soient unies de cœur et de volonté, comme on le dit des Apôtres et des autres chrétiens de la primitive Eglise1. Vivez dans la bonne entente, unies ensemble, n’ayant toutes qu’un seul cœur et qu’un seul vouloir2. » Ce sont ces écrits qui ont imprégné la vie de tous les membres de la Compagnie. Le 25 novembre 1535, sainte Angèle fonde la Compagnie de Sainte-Ursule qui rassemble de jeunes vierges voulant se consacrer entièrement au Christ mais n’ayant pas la possibilité ou la vocation d’entrer dans un monastère. À la mort de sainte Angèle le 27 janvier 1540, son œuvre entreprise peut être poursuivie grâce aux écrits qu’elle a laissés. En effet, elle fait rédiger sa Règle qui illustre bien sa spiritualité et l’organisation de la Compagnie ; puis les Avis pour les vierges colonelles, supérieures et formatrices et enfin son Testament pour les veuves qui gouvernaient la Compagnie. En fait, la Compagnie de Sainte-Ursule se composait de vierges de tous statuts sociaux confondus. Comme leur nombre a rapidement augmenté, il a fallu mettre en place une structure et un mode de gouvernement. C’est alors que certaines d’entre elles sont nommées pour être à la tête d’un colonnat c’est-à-dire d’un secteur géographique précis, ce qui permet à ces supérieures d’être plus proches des vierges dont elles ont la charge. Au-dessus de ces vierges colonelles, des veuves sont à la tête de la Compagnie afin d’apporter les moyens temporels nécessaires. Pour autant, l’existence de cette hiérarchie ne doit pas être un frein à l’unité et la charité entre toutes les vierges et les veuves. C’est en effet ce que rappelle sainte Angèle dans ses différents écrits : « Ayez soin que toutes soient unies de cœur et de volonté, comme on le dit des Apôtres et des autres chrétiens de la primitive Eglise. Vivez dans la bonne entente, unies ensemble, n’ayant toutes qu’un seul cœur et qu’un seul vouloir. » Ce sont ces écrits qui ont imprégné la vie de tous les membres de la Compagnie.

XVIème-XVIème siècles
Décembre 2021

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.