Bouton Menu Mobiles

Accueil > Prier > Avec les saints > Saint François de Sales

Saint François de Sales

À 400 ans de distance,
la voix de François de Sales peut-elle encore toucher nos oreilles ?


Oui, sans doute.
Car elle part de son cœur
et « on a beau dire, mais le cœur parle au cœur. »

« Si vous aimez réellement Dieu, vous parlerez tout naturellement de Lui avec vos voisins et amis, non pas en faisant des sermons, mais avec l’esprit de douceur, de charité et d’humilité, distillant autant que vous le pourrez le miel délicieux des choses divines, goutte à goutte, tantôt dans l’oreille de l’un, tantôt dans l’oreille de l’autre, priant Dieu au secret de votre âme de faire passer cette sainte rosée jusque dans le cœur de ceux qui vous écoutent. Surtout, il faut faire cet office angélique doucement et suavement, non par manière de correction, mais par manière d’inspiration ; car c’est merveille combien la suavité et amabilité d’une bonne parole est une puissante amorce pour attirer les cœurs. »

St François de Sales (1567–1622),
Introduction à la vie dévote, 3e partie, ch. 26.

Les Hommes d’aujourd’hui peuvent entendre son message.

À un monde en proie à la violence,
François offre le parti de la douceur évangélique
qui n’est pas de la faiblesse mais la force de l’amour.

À un monde en proie à la division,
il offre la possibilité de l’unité en rendant les personnes capables de s’unifier
et d’être en communion les unes avec les autres.

À un monde en proie à la guerre et aux conflits,
il offre des chemins de paix, qui passent par la confiance mutuelle,
le dialogue et la réconciliation.

Aux angoissés, il révèle le visage d’un Dieu de tendresse
et les ressources cachées au fond de tout être humain.

Au cœur des hésitants, des frileux, il apporte ou rallume le feu de l’amour
qui pousse à se mettre en marche et à agir.

À celles et ceux dont l’oreille et le cœur sont déjà ouverts aux appels de Dieu,
il redit qu’ils peuvent et doivent « aspirer à la vie parfaite ».

À celles et ceux qui regardent l’Église, du dedans ou du dehors,
d’un air sceptique, critique ou désabusé,
il rappelle qu’elle est l’Épouse bien-aimée du Christ
et que « le Saint-Esprit réside aux communautés. »

À celles et ceux qui doutent de l’Homme, de sa dignité et de son destin,
il ose dire que l’Homme est la fleur de l’univers,
qui a été fait pour être son séjour,
« comme l’Homme a été fait pour être le séjour de Dieu. »

Père Guy Dermond, sdb

St François de Sales

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.