Bouton Menu Mobiles

Accueil > Agir > Vie de l’Eglise > Journée contre la traite des êtres humains

Journée contre la traite des êtres humains


A la veille de la Journée internationale de prière et de réflexion contre le trafic d’êtres humains, le pape François invite à « travailler pour une économie qui ne favorise pas, même indirectement, ces trafics ignobles ».

Le pape a évoqué cette Journée, fixée le jour de la fête de sainte Bakhita, demain, 8 février 2021, après la prière de l’angélus de ce dimanche 7 février.

« Demain, en la mémoire liturgique de sainte Joséphine Bakhita, une religieuse soudanaise qui a connu les humiliations et les souffrances de l’esclavage, on célèbre la Journée de prière et de réflexion contre la traite des personnes, a rappelé le pape depuis la fenêtre du bureau qui donne Place Saint-Pierre.

Le pape a souligné l’objectif de la conversion de l’économie : « Cette année, l’objectif est de travailler pour une économie qui ne favorise pas, même indirectement, ces trafics ignobles, c’est-à-dire une économie qui ne fasse jamais des hommes et des femmes une marchandise, un objet, mais toujours une fin. »

« Servir les hommes et les femmes, mais ne pas les utiliser comme des marchandises », a insisté le pape.

Il a évoqué l’intercession de sainte Josephine Bakhita : « Nous demandons à Sainte Josephine Bakhita de nous y aider. »

Un marathon de prière

Le pape François a préparé un message pour la VIIe Journée mondiale de prière et de réflexion contre la traite : il sera publié demain lundi 8 février.
Pour l’occasion, le Comité organisateur a prévu « un marathon de prière » qui sera en ligne cette année, en raison de la pandémie, mais « qui permettra pour la première fois de réunir en même temps toutes les réalités engagées contre la traite des personnes dans le monde ».

« L’économie de François »
La prière en ligne sera « partagée » au rythme des différents fuseaux horaires, de l’Océanie aux Amériques, en direct streaming sur le canal YouTube de la Journée mondiale et sera traduite en cinq langues. Il sera également possible de soutenir la Journée mondiale sur les réseaux sociaux avec le hashtag officiel #PrayAgainstTrafficking.

La Journée de prière est une occasion d’attirer l’attention sur « le modèle économique dominant », « une des principales causes structurelles de la traite des personnes dans notre monde globalisé », explique sœur Gabriella Bottani, coordinatrice de Talitha Kum. « À travers cette Journée, poursuit-elle, nous traçons ensemble un chemin de réflexion pour une économie qui promeuve la vie et un travail digne pour tous. »

8 Février

Un message, un commentaire ?


Notice: Undefined index: couleur in /home/ursuline/www/plugins-dist/filtres_images/filtres/images_typo.php on line 715
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.