Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Les Ursulines > Archives > Gravelines

Gravelines

L’expulsion des Ursulines à Gravelines en 1907

L’Ordre de Sainte-Ursule, plus connu sous le nom des Ursulines, naît à Brescia, en Italie en 1540, non sous forme d’un ordre tel que l’on connaît aujourd’hui mais d’une Compagnie. C’est l’œuvre de sainte Angèle qui se concrétise : fonder la Compagnie de Sainte-Ursule pour permettre à des jeunes vierges de se consacrer pleinement au Christ tout en restant dans le monde.
Peu à peu, la Compagnie se développe et arrive en France à la fin du XVIe siècle avec Françoise de Bermond à L’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Comtat Venaissin. Avec l’influence du Concile de Trente et d’autres personnalités, la Compagnie prend la forme d’un ordre monastique en adoptant la règle de saint Augustin au début du XVIIe siècle. L’ordre est florissant puisque de nombreux monastères avec des pensionnats et externats qui leur sont attachés afin d’instruire les filles, sont fondés.
Malgré la tourmente révolutionnaire, les Ursulines continuent de s’établir dans de nouveaux monastères au XIXe siècle. C’est le cas de la communauté de Gravelines. En effet, au XVIe siècle, des Clarisses anglaises, fuyant la persécution, s’installent à Gravelines de manière provisoire car elles souhaitent revenir dès que ce sera possible. En 1606, ayant pris conscience qu’elles ne pourront pas retourner dans leur pays, elles finissent par se réunir aux Clarisses de Saint-Omer. C’est là qu’elles rencontrent en 1607 Mary Ward, une jeune fille noble souhaitant se consacrer à l’instruction des petites filles. Après avoir obtenu les autorisations des pouvoirs civils et religieux, le monastère des Clarisses de Gravelines est officiellement fondé dans le but d’enseigner les petites filles. Le monastère prend le nom de Couvent de Nazareth en 1609.
la Révolution française, les Clarisses s’exilent en Angleterre et reviennent en France qu’à partir de 1814 à la fin des guerres de l’Empire. Mais en 1836, face au manque d’élèves, de vocations religieuses et à l’état physique des deux dernières Clarisses, il fallait trouver une solution pour que le monastère ne ferme pas. C’est donc à ce moment que le clergé de la ville fait appel aux Ursulines de Boulogne sur mer. Après la signature de l’acte de cession, cinq religieuses de Boulogne (trois choristes et deux converses) sont envoyées à Gravelines. Petit à petit, les Ursulines prennent leur place dans la ville et rayonnent par leur apostolat. Mais avec les lois d’expulsion et de spoliation de 1904-1905, les Ursulines de Gravelines doivent faire face à de rudes épreuves.
En quoi le récit de résistance des Ursulines de Gravelines face à l’acharnement anticlérical républicain du début du siècle démontre-t-il la foi, le courage et la fidélité de ces religieuses ?

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.