Ursulines de l’Union Romaine Ursulines de l’Union Romaine Bouton Menu Mobiles

Accueil > Agir > Lire ensemble > de Peter Seewald

de Peter Seewald

Benoît XVI
Dernières conversations avec Peter Seewald

 

 

Benoît XVI
Dernières conversations
avec Peter Seewald [1]

Fayard, 2016


1. C’est un livre événement.
Probablement pour la dernière fois, le pape émérite se confie. Dans un dialogue très vivant avec le journaliste allemand Peter Seewald, il s’exprime sur les raisons profondes qui l’ont poussé à renoncer, sur les relations qu’il entretient avec François, sur Vatican II, sur son itinéraire de théologien surdoué, sur l’importance de la liturgie, sur son « progressisme », à ses débuts, sur son conservatisme supposé, l’âge mûr venant... On le retrouve tel qu’en lui-même, bienveillant, humble, et surtout très libre et ouvert d’esprit. Voyant les choses de très haut, il désamorce tranquillement, avec le sourire, toutes les questions polémiques que son interlocuteur, en bon journaliste qu’il est, se fait un plaisir de lui poser. S’en dégage une image attachante, celle d’un homme affaibli par les années, certes, mais accessible, simple, totalement dénué d’ambition personnelle. Ses réponses courtes, directes, vont droit à l’essentiel, et, en dépit d’une supériorité intellectuelle évidente, il ne cherche jamais à s’imposer, mais à expliquer avec douceur et persuasion. « Il n’est évidemment pas question de dire "Je détiens la vérité", rappelle-t-il. C’est la vérité qui nous détient. »

2. François, un signe encourageant
Comme tout le monde, Benoît XVI a été surpris par l’élection du pape François (« Je le connaissais, bien sûr, mais je n’avais pas pensé à lui »), et refuse d’un sourire de confirmer que les Pères du conclave de 2005 avaient déjà pensé à lui, ce que murmurent les gens prétendument bien informés... Il se souvient de la première apparition du nouveau pontife à la loggia de la place Saint-Pierre, seulement vêtu de blanc, sans sa mosette — cette courte pèlerine rouge que portent traditionnellement les cardinaux et les papes. D’emblée, la joie l’envahit. Il est frappé par son style direct et sans fioritures, auquel nous sommes désormais habitués. « J’ai été ému qu’il ait prié pour moi. [...]. En tout cas, remarque-t-il, l’enthousiasme a été immédiat, cette façon de prier, d’une part, et, d’autre part, de s’adresser au cœur des gens. »

Quoi qu’il en soit, le style assez peu conventionnel de son successeur ne lui pose aucun problème. Il se réjouit qu’un pape du Nouveau Monde — jésuite qui plus est soit élu au siège de Pierre. Toutes ces nouveautés, pour lui, sont le signe que « l’Église n’est pas immobile, qu’elle est dynamique et ouverte et qu’elle est le lieu de nouvelles évolutions. Voilà, résume-t-il, qui est beau et encourageant.  »

Source : Famille chrétienne

de Peter Seewald

[1Originaire de Bavière, dont il parle le dialecte avec Benoît XVI, le journaliste et écrivain Peter Seewald, 62 ans, a réalisé trois livres d’entretien avec ce dernier : Le Sel de la terre (1997), longue interview du cardinal Ratzinger, Lumière du monde (2010), et enfin Dernières Conversations (2016).
Il est revenu à la foi catholique à la suite de ses rencontres avec le pape.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Plan du site | Qui sommes-nous ? | Contact | Liens | Archives | | RSS 2.0