Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Les Ursulines > Conférences > Vie des premières ursulines

Vie des premières ursulines

La petite semence plantée par Sainte Angèle se développa rapidement. Les premières Ursulines, à la fois contemplatives et apostoliques, eurent une extension prodigieuse, se livrant à la catéchèse, puis à l’éducation féminine.

Vie des premières ursulines

Les Ursulines ont connu une expansion prodigieuse aux 16e et 17e siècles. Les besoins étaient énormes : renforcement de la foi, catéchèse des enfants et des adultes, éducation des enfants et des petites filles. Evêques, gouvernants, et le peuple lui-même les appelaient pour subvenir à ces besoins.
Comment les Ursulines ont-elles vécu ces siècles de transformations, de fondations et d’expansion ?
Quel a été le genre de vie des premières filles de Sainte Angèle, après la disparition de la fondatrice ?
Nous essayerons de répondre à ces questions en considérant les premières Ursulines d’Italie, de France et de Belgique ?

I. Après la mort d’Angèle

Celui qui nous renseigne le mieux est Gabriele Cozzano… et pour cause : Alors que plusieurs Ursulines ont quitté la Compagnie, généralement pour entrer dans un Monastère, le secrétaire d’Angèle veut affirmer l’excellence de leur état de vie, parfois même la supériorité par rapport à ce qui se vivait alors dans les couvents. Dans ses trois écrits, il l’affirme sur plusieurs points :

Témoignage de Cozzano :

A l’exemple des premiers chrétiens : Cette vie, maintenant renouvelée par Dieu, est conforme à la manière de vivre des apôtres et de l’Eglise primitive. (Cozzano, Risposta, 11r).
Cette sorte de vie que le Fils de Dieu a apporté sur terre du sein de son Père éternel, et qu’il a lui-même vécue, et de même ses Apôtres et tant d’autres de la primitive Eglise, cette même vie il l’a replantée par l’intermédiaire de sa fidèle servante.

Fidélité dans la foi : Le Christ pourrait dire : Quel honneur, quelle grâce, quelle valeur brillent parmi ces nombreuses vierges glorieuses. Ce sont elles qui se sont gardées intègres au milieu de tant d’épines d’opinions perverses. Au milieu des maux si nombreux de l’hérésie et des mauvais exemples, elles sont demeurées fidèles, et, restant dans le monde… elles ont gardé la foi, elles n’ont pas renié mon nom ni abandonné mes voies. (Cozzano, Epistola, f ; 1392v).

Esprit de dépendance : On y possède, comme ne possédant pas. En dépendance des supérieures, on dépense non selon sa propre volonté, mais cela la volonté de celle qui gouverne, pour avoir davantage de motifs d’être suspendu uniquement à Dieu par la foi et l’espérance. (Cozzano, Risposta 11r-11v).

Une vie extérieure ordinaire : Une vie céleste en esprit qui marche toujours avec Dieu, mais qui en même temps, autant que possible, se conforme en ses rapports aux louables usages communs : elle se comporte selon les lois, les coutumes et les conseils, aussi bien divins qu’humains, en ne faisant rien, ni dans les vêtements, ni dans les gestes, et en d’autres actions, rien qui soit singulier, extraordinaire. (Cozzano, Epistola)

Union de contemplation et d’action : Vivant au milieu du monde et dans cette vie active, elles goûtent la contemplation. Et d’une manière admirable, elles vivent conjointement en l’une et en l’autre. La hauteur de la contemplation n’empêche pas les travaux, et les travaux n’empêchent pas le goût céleste. Ainsi les Apôtres, et tant d’autres martyrs, et les vierges, et les confesseurs, au milieu des travaux qu’ils faisaient pour le seul et pur amour de Dieu. (Epistola)

II. Diffusion de la Compagnie en Italie :

...

III. Les Ursulines en France

...

IV. Les Ursulines en Belgique

 

Vie des premières ursulines

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.