Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Ste Angèle Merici > Conférences > Vie communautaire

Vie communautaire

La vie communautaire
dans l’œuvre de sainte Angèle

1. Traces de vie communautaire dans la Compagnie de sainte Ursule

A. Angèle ne vécut jamais seule.

1. Angèle vécut en famille (Desenzano, Salò)
Selon Bellintani (Queriniana 11, 10v), lorsqu’elle revint à Desenzano, une jeune fille partagea sa vie ; « les deux s’édifièrent mutuellement, mais celle-ci mourut, laissant Angèle seule ». D’ailleurs, les registres civils révèlent qu’à la même époque, un des frères d’Angèle s’y trouvait aussi. Il est tout à fait normal de penser que les deux membres de la même famille partageaient la même demeure.

2. Angèle vécut, accueille par des familles  : les Patengola, Romano, Gallo.

3. Angèle vécut avec une autre jeune fille à Sainte Affre.

D’après Bellintani (Monumenta 103, 41v), elle y habita [à Sainte Afre] avec une compagne jusqu’à la mort. Il ajoute, au sujet de Barbara Fontana, Celle-ci servait Angèle dans ses besoins, pour autant qu’elle en eût, et la suivait dans ses habitudes, autant qu’elle le pouvait.

Selon Doneda également, Barbara Fontana, une Vierge de la Compagnie, accompagnait Angèle à Sainte Afre ; il dit l’avoir vu dans les registres de la Compagnie (Vita, p. 53 ; p. 142, note 29).

B. L’enseignement d’Angèle

1 Les Vierges de la Compagnie ne devaient pas vivre seules :

S’il y avait ne fût-ce que deux sœurs à rester seules, sans père ni mère, ni autres supérieurs, alors, par charité, qu’on loue pour elles une maison (si elles n’en ont pas), et qu’on subvienne à leurs besoins. Mais s’il n’y en a qu’une seule, alors que l’une des autres veuille bien la recevoir dans sa maison (R 11, 25-28)

2 Angèle établit certaines structures qui présagent un embryon de vie communautaire.

  • une prière communautaire :
    On fait savoir qu’il faut choisir un lieu ou une église déterminée où l’on élira un père spirituel commun, prudent et d’âge mûr, auquel chacune voudra bien se confesser au moins une fois par mois ; et puis, qu’elles veuillent bien se réunir dans cette église chaque premier vendredi du mois, et là, toutes ensemble, qu’elles reçoivent la communion de ce même père (R 7, 12-13).
    Vous devrez avoir soin de faire réunir vos filles de temps en temps, dans le lieu qui vous paraîtra le meilleur et le plus commode. Et ainsi selon que vous aurez à votre disposition quelqu’un qui convienne vous leur ferez donner quelque petit sermon ou quelque exhortation. (8e Legs, 1-2)
  • des réunions communautaires
    Selon que vous aurez à votre disposition quelqu’un qui convienne vous leur ferez donner quelque petit sermon ou quelque exhortation pour que, de cette façon aussi, elles puissent se retrouver ensemble, comme des sœurs très chères, et s’entretenant ainsi de choses spirituelles, se réjouir et s’encourager ensemble, ce qui ne sera pas pour elles d’un petit avantage (8e Legs, 1-6).
  • Réunions régulières à l’Oratoire :
    D’après Faino, En l’an 1533, la servante de Dieu fit aménager un oratoire où elle se retirait avec ses filles pour faire de ferventes prières et traiter des affaires de la Compagnie qu’elle envisageait de fonder. Elle les exhortait par de saints enseignements à servir le Seigneur et à Lui faire souvent le sacrifice d’elles-mêmes (Vita, p. 43).
  • Livre des Inscriptions
    (Texte transcrit par Doneda) : Livre dans lequel sont inscrits les noms de toutes les Vierges qui appartiennent à la Compagnie de Sainte Ursule ; elles se réunissent tous les premiers vendredis du mois pour la sainte Communion et tous les derniers dimanches du mois pour écouter la lecture de la Sainte Règle du titre de Sainte Ursule. (Vita p. 76 ; 150).

2 Le fondement : amour mutuel dans les écrits de sainte Angèle

Quels sont les mots les plus souvent utilisés par Angèle ? Sur une soixantaine de pages de texte, nous constatons environ 80 mentions d’une forme ou autre de l’amour mutuel. Pourquoi cette insistance sur l’amour et la communion ? Lorsqu’on examine la composition de la Compagnie de Sainte Ursule, humainement parlant, il y avait tout pour séparer les membres : certaines venaient de la grande ville de Brescia, d’autres des petits villages aux alentours. Il y avait des filles d’ouvriers et des filles d’artisans, des illettrées et des éduquées, des domestiques et des dames de compagnie. Entre les matrones elles-mêmes il y avait non seulement des rivalités ancestrales, mais aussi celles causées par la guerre. Certaines familles avaient épousé la cause des Vénitiens, d’autres, celle des Français ou des armées de Charles-Quint. Haine et vengeance étaient choses courantes. D’ailleurs, Angèle choisira pour lui succéder, peut-être en raison de ces rivalités, la seule matrone qui n’était pas d’origine bresciane, Lucrezia Lodrone.

Devant ces différences, Angèle lance un appel pressant à l’amour mutuel.

Vie Communautaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.