Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Ste Angèle Merici > Conférences > Veiller sur...

Veiller sur...

Veiller sur... pour faire vivre

Aux Directeurs, relais, responsables des surveillants-éducateurs.

La relation aux jeunes : une relation d’autorité, vigilance et service
Exigence et croissance personnelle au cœur même de cette mission
Une mission exercée en collégialité.

Autorité :
Sainte Angèle Mérici dans le prologue des Avis dit aux sœurs responsables de formation et d’accompagnement : « Que vous les gardiez et veilliez sur elles comme de très vigilantes bergères et de sages ministres. » A, P, 6
« Veiller sur » : voilà bien ce dont il s’agit aujourd’hui puisque nous réfléchissons à la manière d’aider nos équipes de « surveillants ». Ce mot a parfois une connotation péjorative : surveiller serait vouloir tout voir, tout superviser en privant les personnes d’une certaine liberté... en prévenant tout écart au règlement en vigueur dans un groupe, et en évitant toute situation à risques.
La conception de Sainte Angèle Mérici est bien plus valorisante pour la personne qui surveille et celle qui est surveillée...
Reprenons ses expressions : « gardez et veillez comme de très vigilantes bergères...et sages ministres. »

D’abord des mots qui évoquent le berger de l’Evangile : une mission donc et une vraie responsabilité envers le « troupeau ». Cette autorité est déléguée, c’est une mission reçue de quelqu’un, une confiance qui nous est faite pour exercer une fonction particulière vis-à-vis d’autres personnes. Veiller sur, c’est l’étymologie du mot « épiscope » qui se traduira par « évêque » dans l’Eglise.
Ensuite l’expression : sages ministres : un service (ministère) exercé avec sagesse, c’est-à-dire en mettant en œuvre un don de l’Esprit Saint. Si nous avons conscience d’être des ministres, nous demanderons et accueillerons le mieux possible ce don de la sagesse...Pointe d’humour : ce ne sont pas les jeunes qui doivent être « sages », ce sont les surveillants...

Une autorité qui est à la fois vigilance et ministère... Selon quelles modalités s’exercera-t-elle... ? Angèle nous le dit dans le second avis : « Soyez affables et humaines envers vos chères enfants et efforcez-vous d’agir par le seul amour de Dieu et le seul zèle des âmes quand vous les reprendrez, et les conseillerez, ou quand vous les exhorterez à quelque bien et les détournerez de quelque mal » A, 2,1-2.
D’abord l’attitude fondamentale est bien loin de l’autoritarisme : affabilité et humanité dans les relations parce qu’elles sont animées par l’amour : amour de Dieu donc décentrement de nous-mêmes et zèle des âmes c’est à dire action au service des autres dans la construction de leur personne. On est loin de l’indulgence et de la bonhomie à la manière d’un « grand-papa gâteau !

4 situations sont énumérées par Sainte Angèle Mérici, situations très concrètes que nous retrouvons dans notre quotidien d’éducateur :

- Reprendre : nous devons reprendre un élève quand nous voyons qu’il prend de mauvaises habitudes (langage, gestes...), affiche une attitude ou un comportement qui ne respecte pas le groupe ou la personne, il y a un devoir d’intervention... sur une cour, dans une salle, dans un couloir... Et pour intervenir, il faut avoir vu, donc nécessité d’être présent et de regarder (pas par voyeurisme mais par vigilance). C’est un vrai service que nous rendons à la personne surtout à celle qui est en pleine croissance et qui est en travail de structuration de son identité que de la « reprendre ». Angèle précise dans le 8ème avis qu’il ne s’agit pas de « juger les cœurs et les pensées secrètes au-dedans de la créature », mais d’« émonder la vigne qui nous est confiée » A ,8 ,4-8. Le jeune a besoin de quelqu’un pour l’aider à cela. Quand nous décidons d’intervenir, Angèle Mérici nous invite à le faire « selon les temps et les besoins » et selon ce que sont les personnes en nous montrant « tantôt aimables tantôt sévères et un peu ou beaucoup selon les besoins »A, 2,5.7.
- Conseiller : sur ce point nous ne pourrons être vraiment efficaces, c’est-à-dire compris et en phase avec la réalité de ce que l’autre vit, que si nous connaissons celui qui nous est confié. « Soyez attentives et vigilantes pour connaître et comprendre la conduite de vos filles et pour être au courant de leurs besoins spirituels et temporels » « tenez-les gravées dans votre esprit et dans votre coeur, une à une ». Je ferai ici une parenthèse pédagogique pour évoquer le bienfait de la surveillance pour les enseignants. Quand ils doivent surveiller leurs élèves (cela se fait quotidiennement au Primaire au cours des récréations ou étude, cela arrive au Secondaire pour des D.S. par exemple), il est bon de souligner que cette tâche peut se révéler très utile pour le pédagogue : observer les attitudes, le comportement au travail, la socialisation d’un élève peut nous donner des clés de communication avec lui, nous le faire mieux connaître et nous faire découvrir ce dont il a réellement besoin... Alors le conseil sera plus personnalisé et sans doute plus efficace.
- Exhorter au bien : surveiller n’est pas seulement « veiller au grain », c’est aussi être facteur de construction de la personne et du groupe. Angèle, au 5ème avis (que je ne détaillerai pas ici ce serait trop long) écrit : « dites-leur... visitez-les,... qu’elles continuent de bon gré. Qu’elles ne perdent pas l’espérance ! » Pour un surveillant, il me semble que l’objectif de ces interventions doit souvent être dans ce sens : parler pour encourager, suggérer, mettre en valeur telle qualité, donner une idée pour participer...donner une responsabilité adaptée...mettre le doigt sur une réussite en tout domaine, pas seulement scolaire...
- Détourner du mal : un berger défend son troupeau contre le danger...il avertit, conduit sur des chemins sûrs... un éducateur doit faire preuve de prudence pour lui et pour ceux qui lui sont confiés : c’est valable sur le plan matériel de la sécurité physique, mais c’est aussi valable sur le plan de l’environnement moral et social... Parfois, selon les âges et les circonstances il faut engager un dialogue pour expliquer et faire prendre conscience d’un danger, d’autres fois il faut purement et simplement interdire... avec rigueur et fermeté.

Toutes ces attitudes, ces verbes - reprendre, conseiller, exhorter, détourner - ont pour terrain la relation à la personne, un bon surveillant doit savoir communiquer avec les élèves, il n’est pas là pour les dresser à la manière d’un dompteur, mais pour les accompagner avec une parole et une présence fortes.

Comment les aidons-nous et les formons-nous à cela ? Les qualités naturelles de certains facilitent cette communication, d’autres ont besoin d’être aidés pour vaincre soit la timidité soit l’autoritarisme ; tous en tous cas, il me semble, doivent être valorisés et encouragés en ce domaine. Comment pouvons-nous le faire ? Comment pouvons-nous, entant que responsables ou coordinateurs, exercer envers eux ces 4 paroles de reprise, conseil, exhortation et prudence... ?

Une exigence personnelle : L’image du miroir chez Sainte Angèle Mérici.
« Vivez et comportez-vous de telle façon que vos filles puissent se mirer en vous... veuillez vous rendre conformes à elles en toute action honnête » A, 6,1.7. « Là où sont les filles, là aussi seront les mères » L, D, 16.
Instinctivement nous aurions tendance à dire le contraire, à penser que les jeunes doivent faire comme nous, doivent imiter les adultes et donc nous suivre...
Angèle a d’ailleurs des passages où elle nous invite à être des « modèles » mais elle tempère ceci en précisant qu’avant tout nous exerçons une maternité spirituelle il s’agit donc d’une ressemblance filiale et d’une tradition non d’une reproduction à l’identique. Ici elle introduit l’image du miroir qui inverse la perspective...
Quand les jeunes nous regardent, ils doivent se voir eux... qu’est ce que cela veut dire ? évidemment pas que nous allons prendre leur look, leur langage, et nous mettre à faire tout ce qui leur passe par la tête...

Sainte Angèle veut dire autre chose, ne serait-ce pas ceci :
L’éducateur n’a pas pour but de reproduire ce qu’il est dans les autres, les parents aussi n’ont pas pour mission d’amener leurs enfants à refaire ce qu’il ont fait eux-mêmes, le critère de leur réussite de parents n’est pas là. Vous savez d’ailleurs combien il est parfois difficile de faire comprendre cela à certaines familles de bonne volonté...
Le critère de notre réussite est dans le fait que le jeune en croissance puisse, en nous regardant, découvrir ce qu’il est lui-même en vérité : nous avons, souvent à notre insu, le pouvoir de révéler l’autre à lui-même. Angèle nous demande d’en être conscients.

Qu’est-ce que notre regard, nos paroles, nos attitudes révèlent de la personne de celui qui est en face de nous ? Qu’est-ce que notre mode de relation révèle d’une relation qui construit les personnes ? Comment apparaissons-nous aux jeunes : sommes-nous heureux avec eux ? Faisons-nous ce que nous leur demandons de faire ? Essayons-nous d’être aussi ce que nous les invitons à être ?

Sainte Angèle Mérici dit « comment pourrez-vous les conseiller et les stimuler à quelque vertu que tout au moins vous ne commenciez pas à pratiquer avec elles ? ». Nous ne sommes pas parfaits, loin de là, nous reconnaissons là le réalisme d’Angèle...alors commençons à pratiquer avec eux... N’attendons pas d’être des modèles pour éduquer, si nous avons reçu une délégation d’autorité, une mission d’éducation, ce n’est pas parce que nous sommes impeccables, mais bien parce que nous sommes disposés à grandir en humanité avec ceux qui nous sont confiés... avec, il est vrai, un peu plus d’expérience et surtout la conscience à la fois de nos limites et de notre vocation au bien et à l’amour. Angèle précise que ce miroir doit fonctionner spécialement dans le « comportement et autres actions ordinaires et sortant de l’ordinaire... ».
N’est-ce pas un des aspects de la signification du mot témoin dans l’Eglise ?

Ce qui fait que notre mission comporte des exigences personnelles mais aussi qu’elle est un lieu de progrès pour nous-mêmes, Angèle Mérici dit dans le 1er avis : « vous avez plus besoin de les servir qu’elles n’ont besoin d’être servies par vous... ». L’éducation n’est pas à sens unique, tout comme l’évangélisation...C’est une relation, il y a une réciprocité parce que nous aussi nous sommes des personnes en chemin...

Comment vivons-nous cela ? Comment cela se traduit-il dans notre prière pour ceux qui nous sont confiés, dans nos options personnelles, dans nos objectifs et nos projets professionnels ?

Une mission exercée collégialement : «  insieme »
« Surveillance », cela recouvre bien des situations, bien des compétences diverses... les fonctions attribuées à ce personnel varient d’ailleurs selon les communautés éducatives :
Internat, récréation, self, permanences, devoirs surveillés, études, animation d’activités pour les ½ pensionnaires ou les internes, clubs, travail administratif, accueil des élèves dans les locaux...Les tâches de surveillance sont confiées à une équipe qui malgré la diversité des horaires, des lieux et des tâches doit être cohérente en elle-même et cohérente avec les autres acteurs du milieu scolaire.

Angèle dans son œuvre naissante a aussi partagé les responsabilités
- Des « colonelles » maîtresses et guides de leurs sœurs dans la vie spirituelle et ecclésiale
- Des « matrones », respectées et influentes qui seront « comme des mères, pleines de sollicitude pour le bien, et l’utilité de leurs sœurs et filles spirituelles »
- Quatre hommes honnêtes et compétents qui seront « comme des agents et même des pères quant aux nécessités de la Compagnie », nécessités souvent juridiques et sociales.

Il est important de remarquer que ces différences n’établissent pas d’abord une hiérarchie entre les personnes mais que ce qui relie ces 3 missions est que chacune est au service des autres. En effet l’autorité reconnue de chacun peut et doit intervenir pour permettre à l’autre d’exercer pleinement sa propre responsabilité.
- La Règle elle-même qui servira de référence commune (à la fois traité spirituel et recommandations pratiques sur le mode de vie et le comportement) sera dictée à Cozzano après des temps d’échanges, d’explications et de réactions d’Angèle avec ses filles. Elle a prié mais aussi consulté largement avant de rédiger.
Dans nos communautés éducatives, la référence commune est le projet éducatif de l’établissement, et aussi le règlement intérieur qui peut être élaboré et évolué après consultation des élèves eux-mêmes.

Faire partie d’une équipe éducative dans un établissement méricien, c’est reconnaître que chacun est pour la communauté un don pour les autres, c’est conjuguer des modes de participation très variés, c’est exercer une autorité spécifique reconnue par chacun comme étant au service de l’ensemble. Je ne suis pas « consommateur du travail de l’autre et de sa mission mais je suis son partenaire et même plus, je m’efforce d’être le facilitateur de la mission de l’autre en ce qui dépend du domaine qui m’est confié. Comment sommes-nous facilitateurs de la tâche des surveillants ?
Chaque vocation, chaque mission reçue, chaque fonction, chaque responsabilité doit pouvoir être exercée et ne le sera pleinement qu’en lien avec les autres. Sainte Angèle met en évidence la richesse d’une équipe qui travaille ensemble en prenant le temps « d’échanger ses vues » et elle insiste sur le projet commun : « n’ayez qu’un seul vouloir ».

Comment le personnel éducatif est-il intégré dans l’ensemble de l’équipe ? Quels moyens ont-ils de connaître et de partager les projets de l’établissement ? de participer à la mise à jour d’un règlement intérieur ? Comment sont-ils considérés par les enseignants, la Direction, les gestionnaires, les personnels administratifs ? Comment leur précise-t-on le terrain où ils peuvent et doivent avoir des initiatives ? Savent-ils qui consulter ou à qui en référer dans certaines situations ? Ont-ils des lieux où ils peuvent exprimer leurs difficultés, leur besoin de soutien ? Les associe-t-on aux joies de la réussite d’un projet, d’un élève ? Quelle part a cette collégialité dans le contenu de leur formation : quand on les accueille, quand on leur explique leurs tâches, quand on les réunit, quand on les écoute ?

.....

Sœur Brigitte Monnier
Ursuline de l’Union Romaine

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.