Séparer, Unir, Servir - Ursulines de l'Union Romaine
Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Ste Angèle Merici > Documents > Billets spirituels > Séparer, Unir, Servir

Séparer, Unir, Servir

Prologue de la Règle de Sainte Angèle Mérici, verset 4

« Puisque Dieu... vous a accordé la grâce
de vous séparer des ténèbres de ce monde misérable,
et de vous unir ensemble
pour servir sa Divine Majesté... »

Angèle ne choisit pas les mots au hasard...

Séparer... Unir...Servir

Et ces trois verbes sont précédés de la manière dont Dieu nous invite :
Accorder : donner avec le cœur.
Grâce : un cadeau

En nous invitant à nous séparer de ce qui est mauvais, à nous unir ensemble, pour servir, Angèle suggère que Dieu nous appelle parce qu’il nous aime de cet amour qui veut le meilleur.

Dieu a toujours agi ainsi...
Depuis le début, pour le bien de la création et le bonheur de l’Homme, il a séparé.
Relire : Genèse, chapitre 1er

Les séparations dans le cosmos, la nature, sont bonnes, nous le voyons aux fruits produits : la vie a pu surgir, grandir, se répandre.
Ces séparations n’opposent pas. Elles permettent, contrairement aux mélanges, l’union pour la vie.

Chaque chose a sa place.
Chaque être humain a sa vocation, sa mission, dans l’œuvre de création.
Comme chaque pierre d’une cathédrale qui trouve sa place : celle qui convient à sa forme.
La pierre y est « bien » car elle y est « à l’aise ».
La cathédrale y trouve sa beauté, sa solidité.
Pour le service de Dieu, et des hommes qui peuvent s’y rassembler, admiratifs et en sécurité.

Angèle reprend ce thème :
Se séparer de ce qui, dans le monde n’est pas Dieu, et s’unir pour le servir.

Elle ne méprise ni le monde, ni les hommes. Elle a vécu au cœur du monde et n’en a jamais retiré personne, surtout pas les membres de sa nouvelle Compagnie.
Mais, à la manière de St Jean l’Evangéliste, elle refuse dans ce monde le mal qui y est entré et cherche par les moyens les plus subtiles, à séparer l’homme de son Créateur et Rédempteur.
« Etre dans le monde sans être du monde » (cf. Lettre à Diognète)

Ces choix (se séparer, s’unir) font appel à la liberté, à la volonté, à l’amour.
Et ils n’ont qu’un but : Servir... par amour.

Le Malin, l’ennemi de Dieu et le nôtre, s’oppose à Dieu et professe de « ne pas servir ».

C’est l’opposé de l’appel à la sainteté :
Servir n’a rien de servile avec Dieu.
Jésus nous en montre l’exemple dans l’Evangile, et en particulier lors du Lavement des pieds, lors de la Cène qui introduit à la Passion et la Résurrection.
Relire : Jean, chapitre 13.

Servir Dieu... et comme lui, servir nos frères et sœurs.

SERVIAM

Ce mot est devenu la devise des élèves des Ursulines.
« Je servirai »
ou encore :
« Que je serve »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.