Bouton Menu Mobiles

Accueil > Archives > Agir > Vie de l’Eglise > 2016 > Précarité

Précarité

Pèlerinage à Rome
de familles en très grande précarité
du 4 au 8 juillet 2016

Sœur Laure Blanchon, province de France-Belgique-Espagne, est engagée avec le Mouvement ATD Quart Monde et l’association La Pierre d’Angle - Fraternité Quart Monde. Elle a participé au pèlerinage à Rome de familles en très grande précarité et nous en donne un écho.

Ce 4 juillet, nous sommes près de 200 pèlerins à nous retrouver pour composer le groupe « Siloé-Envoyé ». Nous sommes issus de plusieurs associations vivant de la spiritualité du Père Joseph Wresinski :La Pierre d’Angle, Le Sappel, La Bonne Nouvelle Quart Monde et la Famille Bartimée. Notre pèlerinage a lieu à l’occasion du centenaire de la naissance du père Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde qui s’est lié aux plus pauvres et a cherché à faire surgir à partir d’eux une société sans misère, une société où chacun, à commencer par les plus pauvres, est reconnu dans sa dignité.

Depuis plusieurs années, nos groupes se rencontrent régulièrement dans divers diocèses de France pour vivre une fraternité entre des personnes du Quart Monde et d’autres qui les rejoignent. Réunis autour de la personne de Jésus, nous partageons ensemble la Parole de Dieu et célébrons notre foi.
Pour ces familles en très grande précarité, c’est la grande aventure : beaucoup n’ont jamais pris l’avion, d’autres n’ont jamais été à l’étranger. Cela fait plus d’un an que nous nous préparons en méditant sur des textes bibliques qui nous parlent de la miséricorde, en dessinant, en faisant des ateliers artistiques pour entrer de plus en plus dans ce mystère de l’amour de Dieu.

Au fil des jours, une joyeuse fraternité et attention mutuelle se vivent entre nous dans la vie quotidienne, les visites, les célébrations, les temps de partage et de relecture. Tout est pensé et organisé en fonction des plus fragilisés par la misère, afin qu’ils puissent participer pleinement au pèlerinage.

Le 5 juillet, dans la matinée, à l’église de Sainte Marie des Monts, sous la conduite du groupe de La Pierre d’Angle de Lens, nous découvrons qui est Saint Benoît Labre et nous pouvons nous recueillir auprès de la tombe de cet homme très pauvre et profondément ami de Dieu.
Puis nous partons en pèlerinage à la Porte Sainte de la miséricorde à la Basilique Saint Pierre. Moment très intense que de remonter la via della Conciliazione, de traverser la place Saint Pierre, d’entrer par la Porte Sainte, puis de remonter la nef centrale de la Basilique Saint Pierre, alors que les volontaires du jubilé arrêtent les touristes et les foules pour faire place à notre groupe.


L’expérience a été saisissante pour ces personnes habituées à être mises de côté. Une des femmes de mon équipe a dit le soir lors de la relecture : « j’ai vu que l’Eglise s’est ouverte pour moi, ils nous ont fait de la place et on a été au centre ». Elle s’est ensuite mise à pleurer de se sentir bienvenue et mise au cœur de l’Eglise, ce qui en dit long sur les expériences d’exclusion vécues dans le passé. Franchir la Porte Sainte a été l’occasion de confier à Dieu les fardeaux si profonds que portent les personnes du Quart Monde, de recevoir son amour pour devenir bonté et tendresse pour les autres. J’ai touché du doigt combien cette démarche a été forte pour les personnes. Ce sont tous leurs drames familiaux et humains qu’avec une immense confiance, ils remettaient à Dieu.

Le 6 juillet, voilà le jour tant attendu de la rencontre avec le Pape. Il nous a reçus en audience privée dans la salle Paul VI. Au fil des mois passés, les familles du Quart Monde avaient préparé un message qui a été lu par plusieurs personnes, et dont voici un bref extrait :
« Cher frère Pape François, c’est une joie immense pour nous de vous adresser ce message. On vient vous voir avec tous les pauvres de France et du monde dans notre cœur. Vous partagez avec nous le souci des plus pauvres et de cela nous vous remercions. Nous voulons une Église pour tout le monde, où les plus pauvres seront les premiers invités, pour être sûrs de n’oublier personne. Nous vous demandons non pas d’être servis, mais de pouvoir servir à notre tour. N’hésitez pas à solliciter des ouvriers comme nous. Nous croyons que nous pouvons vous aider dans votre mission. Tous les jours, nous remercions le Seigneur notre Dieu de nous avoir donné un pape comme vous. Maintenant, nous savons que notre place est dans l’Église. Nous vous bénissons de tout notre cœur. »

Les personnes du Quart Monde ont demandé dans leur message au Pape de leur confier une mission, et le Pape François a entendu leur désir. Avec audace, il leur a confié de faire du bien et de prier pour les riches repus, ceux qui sont indifférents aux pauvres et sont à l’origine de l’injustice qu’ils subissent. Voici un extrait :
« Je voudrais vous demander une faveur, plus qu’une faveur, vous donner une mission : une mission que vous seuls, dans votre pauvreté, serez capables d’accomplir. Je m’explique : Jésus, parfois, a été très sévère et a réprimandé fortement les personnes qui n’accueillaient pas le message du Père. Ainsi, de même qu’il a dit cette belle parole « bienheureux » aux pauvres, à ceux qui ont faim, à ceux qui pleurent, à ceux qui sont haïs et persécutés, il en a dit une autre qui, de sa part, fait peur ! Il a dit « malheur ! » Et il l’a dite aux riches, aux repus, à ceux qui maintenant rient, à ceux qui aiment être loués (cf. Lc 6,24-26), aux hypocrites (cf. Mt 23,15 sq). Je vous donne la mission de prier pour eux, pour que le Seigneur change leur cœur. Je vous demande aussi de prier pour les responsables de votre pauvreté, pour qu’ils se convertissent ! Prier pour tant de riches qui s’habillent de pourpre et qui font la fête dans de grands festins, sans se rendre compte qu’à leur porte il y a beaucoup de Lazare, avides de se nourrir des restes de leur table (cf. Lc 16,19 sq). Priez aussi pour les prêtres, pour les lévites qui, en voyant cet homme battu à moitié mort, passent outre, en regardant de l’autre côté, parce qu’ils n’ont pas de compassion (cf. Lc 10,30-32). A toutes ces personnes, et aussi, certainement, à d’autres qui sont liées négativement à votre pauvreté et à tant de douleur, souriez-leur avec le cœur, désirez pour eux le bien et demandez à Jésus qu’ils se convertissent. Et je vous assure que, si vous faites cela, il y aura une grande joie dans l’Eglise, dans votre cœur et aussi dans la France bien aimée. »

Vous trouverez le message du Pape François en son entier ci-dessous.

Puis un cadeau a été offert au Pape François : un livre « Miséricorde » composé de méditations faites par les groupes sur des textes bibliques parlant de la miséricorde et des créations artistiques inspirées par ces textes. Il a été touchant de voir le visage du Pape s’illuminer quand le livre a été ouvert.



Ensuite, le Pape a salué un à un chaque pèlerin. Il a pris la main de chacun, l’a regardé dans les yeux, a conversé avec lui. Nombreux sont ceux à qui il a donné une accolade. Les personnes ont été très émues et touchées par cette bonté et proximité du Pape envers elles.

La mission que le Pape François a donné aux gens du Quart Monde les a rendus très heureux et fiers. Les personnes ont senti que le Pape a confiance en elles, compte vraiment sur elles. Sa manière de regarder chacun et de lui parler a restauré chacun dans sa dignité et lui a fait percevoir sa grandeur et son importance dans l’Eglise et le monde.

Au terme de ces 5 jours, chaque pèlerin est reparti tout renouvelé par la fraternité vécue ensemble, par la grâce du pèlerinage à la Porte Sainte de la Miséricorde et cette rencontre inoubliable avec le Pape François. Nous avons maintenant à vivre la mission qu’il nous a confiée.

Message du pape François
Pèlerinage à Rome de familles en très grande précarité


Laure Blanchon, osu.
Photos François Phliponeau - ATD Quart Monde.


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.