Pédagogie spirituelle - Ursulines de l'Union Romaine
Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Ste Angèle Merici > Conférences > Pédagogie spirituelle

Pédagogie spirituelle

« Ecoute et vis ! »
La pédagogie spirituelle d’Angèle Merici

Les contemporains d’Angèle voyaient en elle une priante, une ascète, une conseillère, une consolatrice, une pacificatrice, une spécialiste de l’Ecriture Sainte, une fondatrice. Pourtant, elle était avant tout une animatrice spirituelle, comme en témoigne le chroniqueur Nassino, qui, lors de l’enterrement d’Angèle, résume en un mot l’impact qu’elle avait eu sur ses contemporains : Elle proclamait à tous la foi au Dieu très haut avec tant de grâce, que tous s’attachaient à elle. Le grand maître spirituel qu’était le Bienheureux Mattía Bellintani nous a laissé des renseignements précieux : Grâce à son exemple et à ses saintes exhortations, elle éveilla en de nombreuses personnes son esprit de sainteté. (M 91,38v) - Ses entretiens étaient d’un grand profit pour las âmes ; ses paroles claires, ardentes, plus encore l’exemple peu commun de toutes ses vertus, avaient un grand pouvoir. (Q, 12, 11v). Au bout de quelques années, elle dirigeait beaucoup de personnes dans le chemin de la vie chrétienne. (Q,19,14v ) A tous, elle enseignait le vrai chemin pour avancer dans la vie spirituelle. ( Q, 8, 91v).

Quels étaient les moyens utilisés par Angèle pour aider ses dirigés à avancer dans la vie spirituelle ? En d’autres mots, en quoi consistait sa pédagogie spirituelle, en particulier à l’égard des membres de la Compagnie fondée par elle ? Nous commencerons par envisager quelques moyens pédagogiques concrets qu’elle utilisait, avant de découvrir dans ses Ecrits les paroles qui encourageaient ses filles à entreprendre leur parcours spirituel et à y progresser.

I. Une pédagogie concrète

Née dans une ambiance rurale, ayant participé personnellement aux travaux agricoles pendant une grande partie de sa vie, Angèle a gardé toute sa vie le sens du concret. Il n’est donc pas étonnant que sa pédagogie spirituelle s’en ressente. Notons quelques moyens qui révèlent bien son caractère pratique, influencé par son origine terrienne :

Utilisation de symboles de la nature

Angèle évoque la semence, bonne ou mauvaise, les brebis et les loups, la bonne bergère fidèle. Elle rappelle le ciel parsemé d’étoiles, les gouttes de pluie, les sables de la mer. Elle évoque les dangers qui s’arment contre nous et qui proviennent de la terre, de l’air et de l’eau, peut-être en souvenir des tremblements de terre et des inondations qu’elle avait vécus à Brescia, de la tempête et des grands vents méditerranéens, lors de son retour de Jérusalem. Elle utilise les chemins pierreux ou parsemés d’or fin comme symboles de notre parcours spirituel.

L’art visuel

En vraie fille de la Renaissance, Angèle se sert de l’art figuratif pour stimuler la dévotion et la persévérance de ses dirigées : Dans son aménagement de l’Oratoire qui servait de lieu de réunion pour les premiers membres de la Compagnie, elle avait fait peindre des scènes de la vie du Christ et de la Vierge Marie, des évocations des saints martyrs de Brescia, et de femmes, - vierges, martyres, adonnées à l’étude de la Sainte Ecriture ou, comme elle, Tertiaires de Saint François. Ces peintures, décrites par Faino, ont malheureusement disparu, ainsi que le nom de l’artiste qui les avait exécutées, mais le fait qu’Angèle les aient commandées est significatif. En outre, son deuxième pèlerinage à Varallo, mettait les « personnes spirituelles » qui l’accompagnaient - vraisemblablement quelques-unes de ses premières filles - en contemplation devant un art populaire où les scènes de la vie du Christ étaient représentées en grandeur naturelle.

L’utilisation de l’Ecriture Sainte

Angèle avait senti d’instinct que l’Ecriture Sainte est la base de tout cheminement spirituel. Nous savons par les témoins directs de sa vie qu’elle l’avait assimilée au point de pouvoir l’enseigner et la commenter : Selon Agostino Gallo : On a vu de nombreuses fois des religieux, et spécialement des prédicateurs et des théologiens venir lui demander des explications sur beaucoup de passages des Psaumes, des Prophètes, de l’Apocalypse, et de tout le Nouveau et l’Ancien Testament, et entendre de sa part des commentaires tels qu’ils en demeuraient stupéfaits, si bien qu’on pouvait dire que sainte femme avait (des dons) plus divins qu’humains.
De cette large connaissance de l’Ecriture, Giacomo Chizzola en donne aussi le témoignage : Il me semblait encore une grande chose que, n’ayant jamais appris les lettres latines, elle comprenait si bien le latin, et de plus, que n’ayant jamais étudié la Sainte Ecriture, elle faisait des sermons si beaux, savants et spirituels qui duraient parfois une heure.
Si Angèle n’a jamais formellement « étudié » l’Ecriture Sainte, nous savons par ailleurs qu’elle lisait beaucoup la Bible, ainsi que des commentaires de la Parole Dieu et des œuvres des Pères de l’Eglise. Son enseignement était donc fondé sur des bases solides. Toutefois, Angèle ne s’est pas contentée de faire des « sermons » : l’Ecriture est la base de tout son enseignement pour guider les Vierges de la Compagnie vers un plus grand progrès spirituel.

L’accompagnement personnel

Pédagogie spirituelle

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.