Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Ste Angèle Merici > Conférences > Mère Maria Luisa Schiantarelli

Mère Maria Luisa Schiantarelli

Une passionnée de Sainte Angèle,
La Mère Maria Luisa Schiantarelli

Mère Maria Luisa SchiantarelliNée à Venise peu avant la fête de Noël, le 20 décembre 1718, Natalina Schiantarelli est baptisée le lendemain. Son père, Francesco est banquier ; sa mère, Elena, veille sur l’éducation chrétienne et humaine de sa fille. L’enfant est douée non seulement pour les études, mais aussi pour la musique et pour les travaux féminins, tout en manifestant un grand sens pratique. [1]

Natalina connaît tôt l’épreuve : la banque de son père fait faillite ! La famille est réduite à l’indigence, car tout doit être vendu, même la maison familiale, pour satisfaire aux exigences des créanciers. Il semble que la mort du père daterait de cette époque. Alors commence pour Natalina de nombreux déplacements. Sa mère doit vraisemblablement gagner sa vie et se voit contrainte de se placer dans différentes familles à travers l’Europe. De son côté, Natalina est initiée aux diverses cultures européennes et montre, en outre, une grande facilité pour l’apprentissage des langues.

A 18 ans, Natalina perd sa mère et se trouve seule à l’étranger. Ses deux oncles jésuites la rappellent à Rome, et cherchent un couvent qui pourrait recevoir leur nièce orpheline. Celle-ci opte pour les Ursulines de la Via Vittoria, où elle est accueillie à l’internat comme organiste, à cause de ses dons musicaux. Les Annales racontent qu’elle se montre agréable, affectueuse, à l’aise dans différents milieux, car les grandes familles de Rome fréquentent le Monastère ; elle est non seulement excellente musicienne, mais aussi pratique dans les affaires, trait vraisemblablement hérité de son père.

La religieuse

Après deux ans de présence dans le Monastère, Natalina demande de partager la vie des Ursulines ; elle commence son postulat le 26 février 1738 et prend l’habit le 30 mai 1740, sous le nom de Sœur Maria Luisa di San Giuseppe.
Dans la communauté se trouve alors une religieuse « de Flandre », Sœur Bernardina, qui se passionne pour Sainte Angèle et désire ardemment sa béatification. Consciente des dons de rédaction de la jeune novice, elle l’associe volontiers à ses projets, lui fait rédiger ses lettres en italien et traduire en italien des méditations sur la spiritualité d’Angèle Merici. Ainsi inspire-t-elle à sœur Maria Luisa la même passion.
Avec l’accord de la Maîtresse des Novices, Soeur Maria Luisa écrit alors à son oncle, le Père Antonio Schiantarelli, Recteur de la communauté des Jésuites à Vicenza, lui demandant des informations sur la vie et la dévotion à Sainte Angèle. La novice reçoit en réponse un volumineux dossier, que sa formatrice lui demande de reléguer dans un tiroir, afin de s’adonner entièrement à sa formation religieuse. Le dossier restera en attente pendant environ dix ans !
Après sa première profession, Sœur Maria Luisa se voit confier les pensionnaires de la Via Vittoria. Elle se montre excellente éducatrice, aime l’enseignement et cherche à adapter les méthodes aux exigences de son temps. En même temps, elle édifie la communauté par son amour de la prière et une dévotion particulière à l’Eucharistie, où elle passe parfois des heures en prière. La cause de Sainte Angèle n’est pas oubliée : elle accumule des documents et profite des relations nombreuses de la communauté avec les milieux ecclésiastiques romains pour s’informer sur la procédure à suivre en vue d’une béatification.

Mère Maria Luisa Schiantarelli

[1Ces éléments biographiques sont tirés 1° d’un document anonyme conservé aux Archives des Ursulines de l’Union Romaine à Rome (AGUUR) : Brevi Cenni sulla vita della Reverenda Madre Suor Maria Luigia di S. Giuseppe, Postulatrice della Causa di Canonizzazione di S. Angela Merici, Fondatrice dell’Orsoline in Roma, MDCCCVII, presso Lazzarini, Stampatore della Rev. Cam. Apost., Con licenza de’ Superiori.
2° de la déposition de la Mère M. Luisa Schiantarelli le 29 avril 1758 lors du procès de Béatification qui eut lieu à Rome, dans le Monastère des Ursulines. S.R.Congregatione Romana seu Brixien V. Servae Dei Angela Merici Fundatricis Congregations Monialium S. Ursulae Beatae nuncupatae. Copia Processus Romae authoritate Ordinaria Compilati super fama Sanctitatis, et Cultu etiam per Apostolica Indulta Dae. Servae Dei prestito, AGUUR, .ff. 248r-250v.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.