Bouton Menu Mobiles

Accueil > Agir > Contes de Noël > La trace de Dieu

La trace de Dieu

La trace de Dieu

Dans la nuit de l’hiver, au pied d’un réverbère, Willy interpelle un homme qui passe :
— T’aurais pas un euro, c’est pour acheter un sandwich ?
— Un euro ? Peut-être…
L’homme fouille dans la poche de son imperméable noir, il en sort une loupe, une pipe, un appareil photo, une clé USB, une carte bleue…
— Ben dis donc ! T’en as du matériel ! Qu’est-ce que tu fais avec tout ça ?
— Je suis Anatole, détective privé.
— Ah ! Tu travailles pour un mari trompé par sa femme ?
— Non, pas du tout ! Je suis détective privé du pape. Celui-ci a embauché en tout huit détectives de par le monde.
— Du pape ! Et pourquoi le pape embauche-t-il des détectives privés ?
— Sur cette terre envahie par le malheur, le pape a décidé de chercher Dieu. Personne n’a jamais vu Dieu, personne ne peut le voir. Mais le pape est convaincu qu’Il vient chez nous, que nous pouvons retrouver des traces de Lui dans ce monde abîmé. Comme je suis un spécialiste de la trace, des traces en tout genre, le pape m’a confié cinq codes secrets qui doivent me mettre sur le chemin de Dieu.
— Sur le chemin ?
— Oui, sur le chemin. Dieu est toujours devant nous, c’est pour cela que nous n’avons que des traces…
Anatole fouille dans sa seconde poche, en sort une boîte, fouille encore :
— Décidément, il n’y a pas trace d’euro dans cette poche-là non plus, seulement cette boîte qui renferme les codes.
— Fais-voir…
— Puisque je ne peux pas t’aider avec un euro, c’est toi qui vas m’aider à déchiffrer le premier code.

La trace de Dieu

Messages

  • J’ai beaucoup aimé, merci ! j’ai trouvé que c’était génial, et on voit bien une trace de Dieu dans le don qu’il vous a fait de traduire avec tant de talent ce que vous avez dans le coeur. Continuez, quelle belle façon de Le servir ! Amicalement. Gisèle

  • Un grand merci à Marie Françoise C.
    Responsable du club de l’amitié de ma paroisse, je me suis servie de ce conte, que j’ai adapté à notre projet en ajoutant par çi, par là, des chants : Signes par milliers, trace de ta gloire - L’auvergnat - Que tes oeuvres sont belles - J’ai ouvert le livre - Marie, tendresse de nos vies. Merci encore Marie-Françoise et la communauté des Ursulines de l’union romaine. L’essentiel, est de garder les yeux ouverts.

    Anne-Marie

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.