Bouton Menu Mobiles

Accueil > Prier > Avec un texte > La route de la vie

La route de la vie

La route de la vie

Au début, je voyais Dieu comme mon observateur, mon juge, comptant toutes les choses que j’avais mal faites, pour qu’Il puisse savoir si j’avais mérité le Ciel ou l’enfer quand je mourrai.

Mais plus tard, quand j’ai rencontré Jésus, il me sembla que ma vie était plutôt comme une balade en vélo, mais c’est un vélo-tandem, et j’ai remarqué que Jésus-Christ était à l’arrière m’aidant à pédaler.
Je ne sais plus au juste quand Il me suggéra que nous changions de places, mais la vie n’a jamais été la même depuis. Quand j’avais le contrôle, je connaissais le chemin. C’était plutôt ennuyeux, mais prévisible... C’était le chemin le plus court entre deux points.

Mais quand Il prit le guidon, Il connaissait de beaux et longs détours, par des montagnes, des endroits rocheux à des vitesses à se casser le cou, tout ce que je pouvais faire était de m’accrocher ! Même si ça semblait être folie, Il me disait : « Pédale ! »

Je m’inquiétais et étais anxieux et demandais : « Où m’emmènes-tu ? » Il riait et ne répondait pas, et je commençais à apprendre la confiance.

J’oubliai ma vie ennuyeuse et entrai dans l’aventure. Et quand je disais, « J’ai peur », Il se penchait derrière pour toucher ma main.

Il m’amena à des gens pour donner ce dont j’avais besoin, des cadeaux de guérison, acceptation et joie. Ils m’offrirent des cadeaux à emporter pour mon voyage, celui de mon Seigneur et le mien.
Et nous étions sur la route de nouveau. Il disait : « Donne ces cadeaux ; ils sont des bagages en trop, trop de poids ». Alors je les donnais aux personnes que nous rencontrions, et je découvrais qu’en donnant je recevais, et toujours notre fardeau était léger.

Au début, je ne Lui faisais pas confiance pour le contrôle de ma vie. Je pensais qu’Il allait me mener à un accident ; mais Il connaît les secrets du vélo, sait comment l’incliner pour prendre des virages difficiles, sait comment le faire sauter pour éviter des rochers, sait comment aborder des passages effrayants.

Et j’apprends à me taire et à pédaler dans les endroits les plus étranges, et je commence à apprécier la vue et l’air frais sur mon visage avec mon agréable compagnon de tout instant, Jésus-Christ.
Et quand je suis certain que je ne peux plus continuer, Il sourit seulement et dit : « Pédale » ...

Anonyme

Source

La route de la vie

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.