Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Ste Angèle Merici > Conférences > La canonisation de sainte Angèle

La canonisation de sainte Angèle

Un long chemin vers la canonisation d’Angèle Merici

Une longue attente

 

Angèle est décédée en 1540. Elle a été canonisée en 1807, 267 années après sa mort. Comment expliquer une si longue attente, alors qu’elle était considérée comme une sainte authentique par son entourage ? Pourquoi les Ursulines, religieuses et séculières, malgré leur dévotion, leur admiration et leur amour pour leur mère commune, ont-elles pris tant de temps avant de faire reconnaître par l’Eglise le rayonnement exceptionnel de leur fondatrice ? Et une fois les procès initiés en 1757, pourquoi avoir attendu 50 ans avant leur achèvement ?


Commençons par envisagent les faits, tels qu’ils ont été transmis par des témoins : A sa mort, Angèle est déjà considérée comme une sainte. En témoigne Pandolfo Nassino, chroniqueur de Brescia : ses obsèques, le 28 janvier 1540, sont suivies par une foule énorme, parce qu’elle prêchait à tous la foi en Dieu avec tant d’amabilité que tous s’attachaient à elle. [1] Les épigraphes entourant sa sépulture en 1540 évoquent également sa sainteté : Don Valeriano, Chanoine Régulier de Bergame écrivait : Moi, Angèle, j’ai rejoint le chœur des anges, et le Notaire Zanetti : Par le nom et la vie elle égalait les chœurs célestes ; enfin, Gabriel Cozzano : Cette vierge ne peut ne pas être sainte auprès de Dieu [2]

Gabriele Cozzano qui a connu Angèle personnellement pendant plusieurs années, constatait : La Fondatrice de cette sainte Compagnie a été un vrai et vivant exemple de sainteté, de pure vérité divine et de tout sens catholique sincère… Elle a brillé pour le monde comme un soleil brillant de foi limpide et d’amour divin, de toute vraie vertu [3]


[1Nassino, Pandolfo, Registro di molte cose sequite, mss. Queriniana, f. 574k, già . 302) : questa Madre Sur Anzola a tutti predicava la fede del sumo Dio che tutti se inamorava di lei…

[2J.B. Nazari, Libro della vita della Reverenda et quasi beata madre suor Angela cit. in Mariani-E. Tarolli-M. Seynaeve, Angela Merici Contributo per una biografia, Editrice Ancora, Milano, 1986, p. 547. : Sum tamen angelicis Angela juncta choris./ Vita fuit superis aequiparando choris./ Nil non sancta Deo proxima virgo potest.

[3Gabriele Cozzano, Risposta contre quelli che pesuadono la clausura alle Vergini di sant’Orsola, f. 2r, in Angela Meric, Lettere del Secretario 1540-1546, Testi antichi, traslazione in italiano moderno a cura di Elisa Tarolli, Ancora Editrice, Milano, 2000, p. 51  : considera di quale santità e del qual vero e vivo esempio d’ogni pura verità divina e d’ogni sincero sentire cattolico sia sempre stato, per tutto il tempo della sua via, la Fondatrice di questa sacra Compagnia. E come ella, a modo d’ un luminoso sole, sia stata per il mondo, risplendente di fede chiara e amor divino, di ogni vera virtù, et di ogni regale costume.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Je verrai des choses admirables si j’oriente tout vers la louange de Dieu et le bien des hommes.

Sainte Angèle Merici

Suivez-nous sur Facebook

Dernière mise à jour :
23 septembre 2018