Bouton Menu Mobiles

Accueil > Prier > Formation à la prière > Prières > Angèle Merici > Interview d’Angèle

Interview d’Angèle

 

 

A l’occasion du 200ème anniversaire de sa canonisation,
Sainte Angèle Merici
a accepté de nous parler de sa prière
lors d’un interview.

 

 


Angèle, parle-nous de ta prière

 

  • Angèle Mérici, tu nous l’as dit, tu es « plus vivante » depuis que tu as quitté cette terre ; tu veux et tu peux davantage nous aider sur nos chemins de vie, de prière.
    Nous voudrions mieux prier, acceptes-tu de nous partager ton expérience, de nous parler de ta prière ?
  • Angèle, comment as-tu appris à prier ?
  • J’ai vu prier mes parents, j’ai prié le soir avec ma famille réunie. Mon père nous lisait la vie des saints, nous étions bien ensemble, la prière faisait naturellement partie de notre vie. C’était à Desenzano, petite ville au bord du lac de Garde. J’aimais contempler la lumière jouant sur les eaux de mon beau lac, accompagner les moissonneurs, les aider à lier les gerbes. Tout me parlait de Dieu !
    Mais tout s’est obscurci lorsque j’ai perdu ma sœur puis mes parents... Où était le Dieu si bon auquel j’avais appris à me confier ? Je l’ai appelé dans l’obscurité : « O mon Seigneur, ma seule vie et mon unique espérance ! » Il m’a donné de ne pas perdre courage, de croire en sa providence bienveillante et ineffable qui jamais ne m’abandonnerait.
  • As-tu connu des moments forts de rencontre avec Dieu ?
  • Oui, par exemple mon entrée dans le Tiers Ordre de Saint François : désormais j’étais accompagnée dans ma soif de Dieu, je trouvais des conseils pour prier, je communiais plus souvent, quel bonheur !
    Je pense aussi à la grande lumière qui m’a inondée au champ de Brudazzo, quand le ciel s’est ouvert pour moi : le Seigneur m’en a dévoilé la beauté et m’a annoncé la mission qu’il me confierait. Depuis cet instant les fêtes nouvelles et joyeuses du ciel m’ont fascinée, je les ai désirées pour moi et pour les autres, tout en poursuivant passionnément mon pèlerinage sur la terre.
    Je suis allée jusqu’en Terre Sainte sur les pas de Jésus. Au Calvaire, alors que j’avais presque perdu la vue, j’ai contemplé le Sauveur en sa Passion, j’ai prié, pleuré, j’ai reçu l’esprit de virginité.
    A Brescia, j’ai passé des nuits à implorer la lumière de l’Esprit Saint avant d’écrire la Règle de la nouvelle « Compagnie de Sainte Ursule ».
  • Avais-tu des mots pour prier ?
  • C’est simple, j’avais les mots appris depuis mon enfance : Notre Père, Je vous salue Marie... J’ai prié avec les psaumes, je me suis nourrie des Evangiles et de toute la Bible. La Parole de Dieu m’habitait et remontait en moi en toute occasion : « Votre Père sait de quoi vous avez besoin ... Je ne suis pas venu pour faire ma volonté, mais celle du Père... Que le plus grand parmi vous se fasse comme le plus petit... Le monde connaîtra que vous êtes des miens, si vous vous aimez les uns les autres... »
  • Que se passait-il dans ta prière ?
  • Je m’émerveillais de Dieu, je lui disais merci d’être « amatore mio », celui qui m’aime sans que je le mérite, celui qui nous aime ensemble, moi avec celles qu’il a appelées. J’aimais me reconnaître petite sous sa grande puissance : ma dignité, ma seule gloire, est d’avoir été choisie pour être sa vraie et virginale épouse, et devenir mère spirituelle par sa grâce.
    Je me réfugiais aux pieds de Jésus Christ, qui m’enseignait comme un vrai et bon Maître... J’écoutais les conseils et inspirations que l’Esprit Saint envoie continuellement au cœur.
    Dans les moments de fatigues, de dangers, de douleurs, je lui ai redit : j’espère en toi, je crois fermement que tu m’aides et m’aideras en toute chose.
    Chaque jour je lui ai demandé d’éclairer les ténèbres de mon cœur, de pardonner mes péchés et ceux du monde entier. Je l’ai imploré d’ouvrir les yeux aveugles de ceux qui ne le connaissent pas. Pour son Eglise j’ai demandé la vraie réforme, le progrès selon sa volonté. J’ai prié pour tous ceux que je rencontrais et qui attendaient de moi un conseil, un réconfort.
    Chaque jour je me suis-offerte à lui tout entière, le priant de recevoir chacune de mes pensées, paroles et actions, tout ce qui est à moi, en moi et hors de moi.
  • Que dis-tu aujourd’hui à celui, à celle qui cherche à mieux prier ?
  • Avec Jésus Christ je suis près de toi pour aider ta prière. Par la prière tu obtiens de Dieu la grâce de la vie spirituelle : persévère, surtout ne te décourage pas, ! Nourris-toi de la Parole de Dieu. Tu as en ta faveur tous les saints du ciel et tout l’univers, si tu demeures lié aux autres par le lien de la charité.
  • Merci Angèle ! Je rappelle que tu as vécu au temps de la Renaissance, que tu as fondé une nouvelle forme de vie consacrée, les Ursulines, aujourd’hui présentes en de nombreuses branches sur tous les continents. En cette année 2007 elles célèbrent le deuxième centenaire de ta canonisation.

Propos recueillis par Soeur Louise-Marie Lepoutre
Ursuline de l’Union Romaine
Paris le 4 mai 2007

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.