Bouton Menu Mobiles

Accueil > Archives > Agir > Vie de l’Eglise > 2013 > Gaudium et Spes

Gaudium et Spes

Dans le cadre des 50 ans du Concile Vatican II, le diocèse du Mans sur Gaudium et Spes.
Soeur Laure y est intervenue.
C’est l’occasion de redécouvrir la richesse de ce texte.

Vous trouverez l’ensemble des intervention sur le site du diocèse du Mans.

Voici le texte intégral de l’intervention de Soeur Laure Blanchon.

La diaconie, une longue tradition ecclésiale
qui se renouvelle dans le sillage de Gaudium et spes

Introduction

Depuis janvier 2011, nos évêques ont lancé un grand projet pour l’Eglise de France dont une étape importante sera le rassemblement Diaconia 2013 à Lourdes en mai 2013. Ce mot diaconie reste probablement, pour nous, un peu confus quant à son sens. Pourtant, il nous conduit au cœur de la foi. En effet, le mot « diaconie » et ceux de la même famille apparaissent une centaine de fois dans le Nouveau Testament [1], c’est dire l’importance de la diaconie aux yeux des premiers chrétiens. « Diaconie » est traduit dans nos Bibles par
divers mots : service, ministère, assistance, secours, tâche, charge…
Mais avant tout, ce mot nous conduit au Christ lui-même.

Alors que Jésus a déjà annoncé pour la troisième fois sa passion et résurrection,

  • Marc met sur les lèvres de Jésus cette phrase : « Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir (diakonèsai) et donner sa vie en rançon pour une multitude » (Mc 10,45). Ainsi « servir et donner sa vie en rançon pour la multitude » permet de recueillir, de récapituler le tout de la mission du Christ.
  • Dans l’Evangile de Luc, au moment de la Cène, alors qu’il vient de donner, sous la forme du pain et du vin, son corps et son sang à ses disciples, Jésus annonce que la nouvelle alliance est scellée en son sang versé, et il dit à ses disciples : « Quel est celui qui est le plus grand, celui qui est à table ou celui qui sert (diakonos) ? N’est- ce pas celui qui est à table ? Et moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert (diakonos) ! » (Lc 22,27). Le service que vit Jésus n’est autre que de donner sa vie par amour pour que les hommes aient la vie en plénitude, qu’ils entrent dans l’alliance nouvelle, qu’ils soient unis au Père.
    Parler de diaconie, c’est donc aller au cœur de la foi, au cœur du dessein d’alliance et de vie auquel le Christ a donné corps par toute sa vie, c’est dire toute son histoire, le sens de son incarnation. Il n’est donc pas étonnant que la dimension de diaconie soit constitutive
    de la vie des disciples du Christ.

Je vous propose cet après-midi un itinéraire en trois étapes :

  • Je commencerai par traverser à grands pas notre tradition ecclésiale bimillénaire.
  • Puis je proposerai une lecture du renouvellement de cette tradition impulsée, me semble-t-il, par Gaudium et spes.
  • Enfin, je chercherai à mettre en œuvre ce que propose Gaudium et Spes, écouter les signes des temps et discerner l’appel du Seigneur dans l’écoute des Ecritures et de la parole des pauvres, afin de cheminer vers une intelligence de la diaconie pour aujourd’hui.
la diaconie et Gaudium et Spes
Janvier 2012-Janvier 2013

[1E. GRIEU, « Pourquoi parler de ‘‘diaconie’’ ? », Etudes, Mars 2011, p. 356

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Se réunir pour échanger nos points de vue.

Sainte Angèle Merici

Suivez-nous sur Facebook

Dernière mise à jour :
19 mai 2018