Fidélité au charisme - Ursulines de l'Union Romaine
Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Ste Angèle Merici > Conférences > Fidélité au charisme

Fidélité au charisme

Notre fidélité au charisme de sainte Angèle

. A la lumière des pages de Menez une Vie Nouvelle (MVN) qui nous parlent de notre fidélité à son charisme, du travail de Soeur Thérèse Ledóchowska (TL) sur le charisme de notre Institut et de quelques textes conciliaires, essayons de dégager ensemble quelques réflexions sur ce charisme qui nous fait vivre :

  1. Ce charisme est don de l’Esprit.
  2. C’est un don personnel, accordé à chacune.
  3. C’est un don communautaire, donc accordé aussi à notre communauté.

I. Le Charisme de sainte Angèle est un don de l’Esprit.

Comment Angèle a-t-elle vécu sous la mouvance de l’Esprit ? Angèle a une vive conscience de n’être que l’instrument de Dieu (MVN 7). Toute la grandeur d’Angèle consiste justement dans le fait qu’elle s’est voulue la servante du plan de Dieu et qu’elle s’est effacée devant Lui (TL 42). Parce qu’elle était ouverte à l’appel de Dieu retentissant continuellement dans son cœur (TL 39), elle a su donner la réponse la plus parfaite au Dieu d’amour qui l’appelle à la double et unique charité (TL 39), à l’amour de Dieu et au zèle pour le salut des âmes (1er Legs, 3).

Etant disponible, Angèle était tout à fait libre, de cette liberté incroyable qu’une telle attitude confère vis-à-vis des personnes, des choses et des événements, lui permettant… de choisir en pleine liberté la meilleure réponse à l’amour (TL 39).

Ainsi, sous le don spontané de l’Esprit, elle a su dans la lumière de Dieu… discerner les besoins des temps et y répondre d’une manière nouvelle et novatrice (MVN 8).

Comme la Vierge Marie n’est pas l’auteur du salut, mais celle en qui le salut a pris chair, ainsi Angèle n’est pas l’auteur du plan de Dieu, mais elle est le premier fruit de sa réalisation (cf. TL 43).

Si le charisme personnel d’Angèle a été cette disponibilité totale à l’Esprit, si le charisme de l’Institut qu’elle était appelée à fonder a pris naissance en elle, nous pouvons nous demander comment l’Esprit donne ce charisme.

L’Esprit Saint souffle où il veut (Jn 3, 8) pour le bien des hommes et l’édification de l’Eglise. (cf. Ap. 3). Il nous confie les talents qu’en avançant en âge, nous sommes capables de découvrir comme des dons de Dieu, que nous avons à exercer plus efficacement pour le bien de nos frères (Ap. 30)… à la mesure des richesses de l’Esprit et de l’exigence des services qui construisent le Corps du Christ (cf. Eccl. 7). C’est l’Esprit qui bâtit et dirige l’Eglise, grâce à la diversité des dons hiérarchiques et charismatiques (cf. Eccl. 4), et tous les reçoivent, ceux qui sèment et ceux qui moissonnent, ceux qui plantent et ceux qui arrosent pour la construction de l’Eglise (Miss. 28). Nous qui, dans la communauté, avons surtout une fonction de semer, de planter et d’arroser pour le service de notre Institut et donc de l’Eglise, nous aussi, nous avons part aux richesses de l’Esprit, pour le bien de l’ensemble du Corps du Christ.

L’œuvre de l’Esprit est surtout de former Jésus-Christ en nous, comme Il l’a formé dans le sein de la Vierge Marie, pour que nous puissions le donner au monde et rendre témoignage de Lui, en révélant au monde la nouveauté de Jésus-Christ (MVN 10). Parce que l’Esprit nous fait comprendre les paroles de Jésus (Jn 14, 26), parce qu’Il creuse en nous la soif de Dieu afin de nous inviter à boire aux fleuves d’eau vive (Jn 4, 213), nous pouvons, sous son souffle, annoncer le mystère de Jésus-Christ et attester que le monde ne peut se transfigurer et être offert à Dieu en dehors de l’esprit des Béatitudes. (MVN 17).

Pour que cela puisse se réaliser en nous et par nous, Angèle nous en donne le secret : Consciente de l’importance de l’action de l’Esprit dans sa propre vie, elle nous exhorte dans une de ses phrases les plus intenses et les plus péremptoires : PAR DESSUS TOUT, IL FAUT OBEIR AUX CONSEILS ET AUX INSPIRATIONS que l’Esprit ne cesse de faire entendre au fond du cœur (R 8, 14).

Si Angèle a reçu comme charisme personnel une si grande malléabilité à l’Esprit, c’était en vue du charisme qu’elle devait nous transmettre, pour le bien de note vie personnelle et de notre vie communautaire.

II. Le charisme est un don personnel.

Le charisme n’est pas quelque chose de théorique, de figé dans des formules ; c’est un don existentiel, vécu dans la vie personnelle de chacune de nous (TL 15). Ce sont les hommes qui font l’histoire (TL 12) ; ce sont les hommes aussi qui font l’histoire de Dieu, en acceptant qu’Il fasse irruption dans leur vie.

Le charisme de la vie religieuse est vrai don de l’Esprit, vraie intervention divine dans la vie des hommes et de l’Eglise. Pour chacune d’entre nous, lors de la prise de conscience de notre vocation, il y a eu une intervention très réelle de Dieu, une irruption de Dieu dans notre vie. A chacune Il a donné cette grâce spéciale qui la rend apte et disponible pour le service de l’Eglise et du monde (cf. LG 122).

Si nous pouvions connaître l’histoire merveilleuse de la vocation de chacune !… Alors que notre monde sécularisé refuse à Dieu le droit d’entrer dans le déroulement de son existence, nous avons laissé Dieu faire irruption dans notre vie. Et ce n’est pas fini ! Dieu continue à faire irruption dans notre vie, car Il est toujours CREATEUR. Mais n’imaginons pas un Dieu Créateur à la façon aristotélicienne, comme Factor qui se coupe ensuite de son œuvre. Dieu a un cœur de Père. Son acte créateur est lié à tous les événements que son amour prévoit au cours de notre vie. Son acte créateur devient une personne qui nous accompagne, pour que nous ne soyons pas seules, orphelins, nous dit Jésus, pour que nous ne soyons pas privées de la présence affectueuse de Quelqu’un qui entretient avec nous des relations vitales, des relations de famille : l’Esprit Saint.

Cette présence continuelle de l’Esprit en nous est une source d’eau vive qui ne tarit pas – tant que nous la laissons couler – et qui sans cesse envahit des zones plus profondes de notre être. Le Père continue à entrer dans nos vies jour après jour, par l’Esprit qui ne cesse de prier au fond de notre cœur. Et notre réponse, si nous voulons réaliser ce charisme personnel qu’Il met en nous au sein de notre Institut, ne peut être que de nous livrer à Lui de manière inconditionnelle (cf. TL 23). Si l’on y met des si, des mais, des pourquoi, et des plus tard, notre mission personnelle risque de s’accomplir très imparfaitement ou de s’étioler.

L’irruption de Dieu dans notre vie fait partie de son plan d’amour, de son invitation à participer avec Lui à sa créativité d’amour. S’Il nous met au cœur ce charisme personnel qui nous fait appartenir à une famille religieuse, Il met aussi en nous la grâce de participer au plan divin qu’il réalise dans l’Eglise par notre Institut. Si l’Esprit nous envoie chacune, individuellement, c’est qu’Il a un plan précis : par nous Il veut aider les autres d’une manière spéciale et tient à ce que ce plan soit réalisé. Puisque chacune d’entre nous a reçu un charisme analogue à celui d’Angèle, une grâce pour continuer l’œuvre à laquelle Dieu l’a appelée et à laquelle Il nous a appelées, nous pouvons être sûres de sa présence en nous pour réaliser tous les vouloirs du Père.

L’Esprit des rénovations quotidiennes est en nous, illuminant notre esprit pour nous faire reconnaître la mission de notre Institut, pour nous faire prendre conscience de la part que chacune de nous est appelée à y jouer personnellement, pour nous aider en nous communiquant sa force, en vue de la réalisation de cette mission (cf. TL 16). Notre collaboration à l’œuvre du Père et notre effort à Lui donner notre réponse, conduisent chacune d’entre nous une créativité authentique.

Cette créativité devient vraie dans la mesure de notre FOI. L’œuvre de Dieu c’est de croire en Celui qu’Il a envoyé (Jn 6, 29). Et Jésus signifiait par là (l’eau vive) le don de l’Esprit que devaient recevoir tous ceux qui CROIRAIENT en Lui (Jn 7, 39). Si nous croyons en ce charisme, celui d’Angèle, celui de notre Institut et le nôtre, si nous croyons que l’Esprit est à l’œuvre en nous, si nous nous laissons porter par Lui, alors il est capable de nous transformer, nous et nos communautés, alors il peut réaliser en nous ses merveilles. Car le charisme que l’Esprit suscite n’est seulement un don personnel. Il est aussi un don communautaire, reçu, partagé et vécu en communauté.

III. Le charisme est don fait à la communauté.

Notre charisme, s’il est personnel, est néanmoins vécu en communauté. La mission de notre famille religieuse dans le plan divin n’est montrée à chaque membre que partiellement et à des degrés divers, selon la capacité de chacune, selon les temps et les circonstances, selon les besoins de l’Eglise (cf. Kahil Gilbran : La légende du vitrail). C’est donc uniquement par la convergence des aspirations de toute la communauté, en communion avec le charisme d’Angèle et celui des générations précédentes, que nous pouvons connaître sa plénitude. (cf. TL 16).

Aujourd’hui, l’Eglise nous invite à travailler au renouvellement de la vie religieuse d’une manière communautaire. Cela veut dire que chacune d’entre nous est appelée à discerner la grâce que l’Esprit a déposée dans son cœur, à en vivre, et à partager cette grâce avec ses sœurs (cf. TL 31). Si nous mettons en commun nos lumières, si nous communions à celles des autres, nous pourrons découvrir d’une manière plus complète quelle est la manière de vivre que Dieu attend de nous pour réalise son plan d’amour.

Ce partage et cette communion se réalisent de différentes manières : vie commune, prière liturgique en commun, échanges entre nous, mais aussi effort de chacune pour découvrir le plan de Dieu et pour exprimer la lumière qu’elle a reçue et dont elle vit. Cela nous est difficile. Nous trouvons de si nombreuses excuses pour nous créer des paravents (travail, besoins culturels ou même spirituels, besoins de détente), qui masquent notre tempérament individualiste et notre plaisir à découvrir et à agir par nous-mêmes.

Pourtant, en cette période préparatoire au Chapitre Général, en ce moment où nous préparons nous-mêmes notre Chapitre local, nous avons à nous laisser interpeller par cet appel de l’Eglise. Demandons à Sainte Angèle, par sa prière, d’obtenir pour nous cette disponibilité communautaire, ce don de l’Esprit, par une recherche communautaire intense afin de découvrir ensemble le plan de Dieu sur nous. Prions dès maintenant pour notre communauté, qui devra discerner authentiquement les appels et les voies de l’Esprit pour notre Institut, en vue du prochain Chapitre Général.

Notre fidélité au charisme


Marie Seynaeve

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.