Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Marie de l’Incarnation Guyart > Conférences > Des écrits de Marie de l’Incarnation.

Des écrits de Marie de l’Incarnation.

De Dom Claude Martin aux Bénédictins de Solesmes :
l’édition des écrits de Marie de l’Incarnation.
Étude du contexte
Dom Thierry Barbeau, osb, Solesmes

Conférence donnée dans le cadre du colloque international franco-canadien
« Quatre siècles de regards sur Marie Guyard »
tenu à Tours et Solesmes les 13 et 14 mai 2013.

 

Deux siècles et demi après les éditions procurées par le fils, Dom Claude Martin, les bénédictins de Solesmes, ses héritiers, se lancèrent dans la publication des œuvres de Marie de l’Incarnation. Le travail réalisé par cette « généalogie de chercheurs [1] », - à laquelle il faut associer aussi les noms de François-Pierre Richaudeau et de Eugène-Charles Griselle -, est bien connu pour avoir donné aux universitaires et aux amis de Marie une série d’éditions remarquables. Nul n’est besoin de revenir sur la composition de ce corpus [2] .

Mais quelles furent les motivations qui conduisirent Dom Claude, puis les moines de Solesmes à publier les écrits de Marie ? Dans quel cadre s’inscrivirent ces entreprises éditoriales ? Quelle fut la portée de ces éditions ? Enfin quelles ont été les vraies raisons, au-delà des évidences peut-être trompeuses, de la reprise par Solesmes de ce vaste chantier d’édition ? C’est sur ce questionnement qui fait peut-être l’objet d’une moindre attention de la part des chercheurs, celui du contexte, de l’arrière-plan essentiellement religieux, des éditions de l’œuvre de Marie de l’Incarnation, que nous voudrions ici nous arrêter.

Ce questionnement est aussi celui du regard que posaient sur Marie de l’Incarnation ses éditeurs bénédictins, sur cette « fille de Dieu » qui n’appartient pas en propre à leur tradition et dont l’expérience mystique demeure « inclassable [3] », entre la mystique de l’intériorité, la mystique de la conformation au Christ, et la mystique apostolique.

L’œuvre d’édition de Dom Claude Martin

Le travail de réédition des bénédictins de Solesmes

Edition des écrits de Marie de l’Incarnation

[1L’expression est du très regretté Dom Guy-Marie Oury, « La réédition des oeuvres de Marie de l’Incarnation. Une généalogie de chercheurs », Laval théologique et philosophique, t. 53, 1997, p. 275-284.

[2Voir en particulier Dom Guy-Marie Oury, « Sources et réédition des œuvres de Marie de l’Incarnation », dans Marie Guyard de l’Incarnation. Un destin transocéanique (Tours, 1599-Québec, 1672), dir. Françoise Deroy-Pineau, Paris/Montréal, L’Harmattan, 2000, p. 37-45.

[3« Difficilement classable » est le jugement émis sur Marie de l’Incarnation par Charles André Bernard, Le Dieu des mystiques, Paris, Les Éditions du Cerf, T. I, 1994, p. 10-11. Ce jugement est capital pour « situer » théologiquement l’expérience mystique de Marie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.