Bouton Menu Mobiles

Accueil > Agir > Lire ensemble > De Rachida Dati

De Rachida Dati


Entretien avec Claude Askolovitch


"Je vous fais juges"

Grasset et Fasquelle - 2007


"Je ne suis pas une preuve, un concept, une idée, un personnage désincarné ! Ma vie n’est pas une « belle histoire » ! Je ne suis pas l’héroïne d’un roman édifiant, à présenter au peuple pour lui arracher des larmes ou l’encourager au travail. Ma vie n’est pas du folklore. Ni Cosette, ni Cendrillon. Le pathos dans lequel tombent certaines personnes, quand elles parlent de moi, en dit plus sur leurs fantasmes que sur ma réalité.
Mais alors, pourquoi ce livre ? Justement pour cela : mettre fin aux fantasmes, les purger, et pouvoir avancer. Pour essayer de trouver les mots justes et échapper aux clichés. Pour dire la vérité, avant que d’autres ne mentent. Ce que je suis peur intéresser, visiblement ? Cela vaut la peine de l’expliquer. Je sais que j’inspire de la curiosité, bienveillante, amicale le plus souvent, mais parfois aussi malveillante, brutale… »
Première ministre issue de l’immigration maghrébine, Rachida raconte, au fil des questions son parcours.
Née dans une famille modeste, elle voue à son père, maçon immigré du Maroc à Chalon-sur-Saône, une admiration jamais désavouée. Elle dit aussi tout ce qu’elle doit à sa mère ‘la joie même’ qui élève vaillamment ses enfants : sept filles et quatre garçons. Rachida réussit brillamment ses études secondaires. Elle poursuit ses études universitaires à Dijon, travaillant à temps plein pour les payer. Elle a soif de savoir et d’entrer dans la vie professionnelle. « J’avais tous les capteurs ouverts », dit-elle, reprenant les mots de Nicolas Sarkozy. Elle éprouve une réelle passion pour la justice. Magistrat avant d’être ministre, elle affirme que cette profession qu’elle a choisie la passionne.
Elle raconte avec reconnaissance les soutiens qu’elle a rencontrés et qui l’ont aidée dans sa réussite : Simone Veil, Marceau Long. Sa rencontre avec Albin Chalendon - elle a alors 22 ans- tient du conte de fée. Et pourtant, Monsieur Chalendon ne fait pas tout pour elle : « Je vais vous mettre un pied à l’étrier, mais c’est à vous de mettre le deuxième. » Il n’y a aucun problème, répond-elle !
Entrée en politique, au cabinet de Nicolas Sarkozy, elle fait face aux difficultés du moment. Avec son franc-parler, elle explique son désaccord lors du départ du préfet musulman Aïssa Dermouche, comment comprendre les mots incendiaires de Nicolas Sarkozy : « Kärcher, racaille… »
La réussite personnelle de Rachida Dati serait-elle une bonne nouvelle pour la société française ? A chacun de voir !

Août 2008

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.