Bouton Menu Mobiles

Accueil > Agir > Lire ensemble > De Géréon Goldmann

De Géréon Goldmann


Un franciscain chez les SS

Géréon GOLDMANN, O.F.M.

Editions de l’Emmanuel, 2009

« Le chiffonnier de Dieu, histoire d’un saint », tel pourrait être le titre de ce livre qui raconte la vie inimaginable d’un jeune séminariste franciscain plongé, à l’aube de la seconde guerre mondiale, dans la sinistre légion d’Hitler : les SS.

Né en 1916 dans la Hesse, Karl est un garçon bouillant, plein de vie, toujours prêt à inventer quelque farce. Il aime accompagner son père, avec l’un ou l’autre de ses 6 frères, dans ses tournées de vétérinaire.

Deux événements tragiques vont donner à sa vie un tour tout à fait nouveau : la mort de sa mère et la déclaration de la seconde guerre mondiale.
L’aîné a 12 ans quand part pour le ciel cette mère qui a donné à ses enfants l’exemple d’une vie chrétienne authentique. « Toujours de bonne humeur, compréhensive et serviable » elle accueille, écoute, apaise. Au lendemain de l’enterrement, la sœur sacristine du couvent des Dames Anglaises, Solana May, déclare à Karl qui vient servir la messe comme chaque matin : « Maintenant, je vais remplacer ta maman. »
Elle le fait d’une manière étonnante. Géréon affronté à plusieurs reprises, à une mort certaine, est comme porté par la prière de cette sœur unie à celle de ses sœurs.

1939. La guerre est déclarée. Karl, devenu frère Géréon est enrôlé, comme ses jeunes condisciples franciscains, dans une division de cavalerie à Fulda. L’armée allemande qui a remarqué sa force de caractère le verse dans la section des SS. Il ne tarde pas à connaître toutes les atrocités de la guerre. En tant qu’infirmier, il porte sur lui les saintes hosties et aide plus d’un de ses compatriotes à effectuer le grand passage.

Au cours d’une permission, il revoit sœur Solona qui lui déclare : « Dans un an, tu seras prêtre. » Folie ? Il n’a pas fait ses études de théologie.
Le 24 Juin 1944, prisonnier de guerre, il est ordonné prêtre à Alger par un évêque français sur « ordre de Sa Sainteté ».
Force incomparable de la prière. La vie du Père Géréon, pendant comme après la guerre, en est une illustration vivante.

Juin 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.