Bouton Menu Mobiles

Accueil > Agir > Lire ensemble > De Djemila Benhabib

De Djemila Benhabib


Ma vie à Contre-Coran

Une femme témoigne sur les islamistes

Djemila BENHABIB

VLB Editeur Québec 2009

Islam - Islamisme, deux réalités.
Le livre de Djemila Benhabib, d’une actualité brûlante, aide à éviter l’amalgame.
Islamisme, qu’est-ce au juste ?
Dictature ? Intégrisme ? Théocratie ? Jihadisme ? Barbarie ?
L’islamisme répond tantôt à l’un, tantôt à l’autre de ces concepts qui ont en commun la volonté politique, aussi sournoise qu’efficace, d’islamiser la planète.

Algérienne intelligente et lucide, Djemila souffre, dès ses jeunes années à l’école, de l’emprise d’un islam intégriste sur les femmes, les enfants, la société musulmane au sein de laquelle elle vit à Oran.
Avec courage et pugnacité, elle se dresse pour barrer la route à ce pouvoir exorbitant qui bafoue les droits de l’homme les plus élémentaires.
Condamnée à mort par le FIS (Front islamique du salut), ainsi que ses parents, elle émigre en France puis au Canada. De cette terre libre où malgré tout l’islamisme l’a rejointe, elle dénonce, à travers le récit de ses souffrances et de ses révoltes,
-  l’asservissement de la femme, signe d’une société sans liberté,
-  la mainmise sur les émigrés, hommes, femmes, enfants, en situation précaire,
-  les démissions des gouvernements face aux requêtes islamisantes.

Quelques exemples :
- le port du voile. Est-il signe d’appartenance religieuse ou emblème intégriste ?
-  l’affaire Rushdie. Rushdie. Doit-il être jugé selon les exigences de la charia ?
-  les caricatures "sataniques". La liberté d’expression doit-elle céder le pas à la conception islamique du blasphème ?

Ces exemples ne manifestent-ils pas une instrumentalisation du religieux à des fins politiques ? « Ennemi de la démocratie, l’islamisme politique est suffisamment menaçant pour qu’on le prenne au sérieux, » écrit l’auteur.
« Du Pakistan à l’Afghanistan, de la Malaisie au Bangladesh, de la Palestine au Maroc, du Liban au Yémen, en passant par la Turquie, l’Egypte, l’Algérie, la Syrie, le Soudan, les islamistes occupent le terrain, avec un message clair à référent politico-religieux, se posent en alternative au despotisme des gouvernants arabes et musulmans, aux dictateurs suppôts de l’Occident et appellent au jihad. » Tuer au nom d’Allah est un titre de gloire. Déjà en 1981, le président égyptien Anouar al-Sadate en a fait les frais.

Femme forte qui préfère mourir plutôt que de vivre à genoux, Djemila que les nazillons verts ne feront pas taire ne laisse pas le lecteur indifférent.

Djemila Benhabib
Marie Bruno Dufossé
Août 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.