Bouton Menu Mobiles

Accueil > Agir > Lire ensemble > D’Olivier Le Gendre

D’Olivier Le Gendre

Confession d’un Cardinal
Olivier Le Gendre

Editions Jen-Claude Lattès 2007

« Le livre dont toute l’Eglise parle ». Pourquoi donc ?

Olivier Le Gendre fait parler un cardinal. Celui-ci est-il réel ? ou s’agit-il d’une fiction littéraire ? A la limite, cela n’a pas grande importance.

L’auteur, semble-t-il, veut faire entendre une voix nouvelle, une voix venue du cœur de l’Eglise (en l’occurrence d’un cardinal proche collaborateur du pape), une voix qui parle de l’Eglise, de sa mission, de son fonctionnement, de ses dérives d’hier et d’aujourd’hui, et surtout de l’espérance qu’elle apporte au monde contemporain.

Olivier Le Gendre connait bien les milieux chrétiens dans lesquels il est fortement engagé. Il a écrit plusieurs ouvrages sur l’Eglise. « Confession d’un cardinal » dit sa foi toujours en quête, sa clairvoyance sur les problèmes du monde contemporain, notamment celui de la mondialisation, sa volonté de trouver de nouvelles manières d’être témoin de l’amour de Dieu.

La question de la foi court en filigrane à travers tout le livre. « Y a-t-il encore des raisons de croire aujourd’hui ? » Dieu serait-il ailleurs que là où le monde occidental a l’habitude de le situer ?

La question essentielle est radicale : « Aurons-nous réussi, au nom de notre foi, à mettre un peu plus d’humanité dans un monde qui semble saisir toutes les occasions de se déshumaniser ? La foi se révèle alors source d’énergie pour créer un peu d’humanité autour de nous. »

Dans le contexte actuel de la mondialisation marchande créatrice de conflits exacerbés, la mission de l’Eglise n’apparaît-elle pas comme celle de rendre sensible l’amour de Dieu avant de l’expliciter dans un enseignement ? « La Nouvelle Evangélisation sera peu efficace si elle ne commence pas par la volonté des chrétiens de rendre sensible autour d’eux la tendresse de Dieu. »

Chemin faisant, l’auteur invite à regarder lucidement les rendez-vous manqués de l’Eglise (lenteur à reconnaître ses erreurs, attitude de Pie IX face à l’Unité italienne, échec de l’évangélisation au Rwanda, manifestée par l’effroyable génocide, pédophilie si tardivement reconnue…) comme sa capacité à inventer dans la fidélité.

En somme, un livre qui provoque les chrétiens à l’action, à« être les mains de Dieu dans le monde », plutôt qu’à la réaction !

Marie-Bruno
Juin 2011

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.