Bouton Menu Mobiles

Accueil > Archives > Connaître > Marie de l’Incarnation > 2010 > Commémoration : 30° anniversaire de la béatification

Commémoration : 30° anniversaire de la béatification

Le 22 juin 1980, le Pape Jean Paul II proclamait « Bienheureuse » Marie de l’Incarnation Guyart et la proposait comme un témoin de Dieu, « maîtresse de vie spirituelle » pour aujourd’hui dans l’Eglise.
Le 22 juin 2010, nous avons marqué à Tours le 30e anniversaire de cette béatification. Nous l’avons célébré dans le quartier et l’église paroissiale où Marie Guyart vécut entre 7 et 31 ans. L’église Saint Pierre Ville s’appelait à son époque Saint Pierre des Corps.

 
L’invitation avait été lancée aux Tourangeaux !
Le Père Legoux, actuel curé de Saint Pierre Ville, rappellera que Marie Guyart y fut en son temps une paroissienne assidue.
Le Cardinal Honoré, présent lors de la béatification, sera l’invité d’honneur et donnera l’homélie.
La célébration sera suivie d’un apéritif dans la salle paroissiale, puis de témoignages.

Au début de l’après midi du 22 juin

Pour ceux qui le désiraient, un itinéraire était proposé à 14h30 : « Marie Guyart dans sa ville », qui permettait de retracer le chemin spirituel de Marie de l’Incarnation en parcourant les lieux de sa vie quotidienne. Deux groupes de 15 personnes se constituèrent, composés d’habitants du quartier, de la ville de Tours, de ses environs ainsi que d’un groupe de catéchistes de l’Ecole Primaire des Ursulines de Paris venu tout exprès.

L’itinéraire partait de l’église St Pierre, passait par les rues du quartier, les berges de la Loire, où Marie Guyart faisait charger et décharger les bateaux, la cathédrale, le jardin de l’Evêché, la rue des Ursulines pour arriver à la Chapelle Saint Michel et la Petite Bourdaisière où elle entra chez les Ursulines en 1631. Chaque étape du chemin était ponctuée par la lecture d’un passage des Ecrits de M de l’Incarnation.

Départ des groupes
Sur les bords de Loire
Accueil de soeur Colette
Saint Pierre Ville
A 18h30, la Célébration Eucharistique commençait par une longue procession, les participants apportant la médaille commémorative de la béatification ainsi que 30 fleurs ou lumières, évoquant les 30 années écoulées. L’assistance était nombreuse et fervente.

Le Cardinal Honoré donna l’homélie en évoquant

Le génie spirituel de Marie de l’Incarnation


« Il me semble qu’avec elle nous sommes devant une double réalité : il y a chez elle une double alternative. Ou plus précisément, elle a vécu dans une alternative continue.
Sur deux plans : d’une part, il y a chez Marie Guyart le rare équilibre de la nature et de la grâce, les dons qu’elle tient de sa naissance, de " la chair et du sang " et ceux qu’elle reçoit de son baptême et de sa foi.
D’autre part, il y a chez elle une constance d’alternative de la prière et de l’action ; elle oscille de la vie intérieure à la vie apostolique avec une merveilleuse aisance.
Le portrait que l’on peut saisir de l’Ursuline du Québec se révèle, dans les événements et dans sa correspondance, d’une étonnante vitalité :
maîtrise de soi et richesse des dons, délicatesse de coeur et forte sensibilité, aptitude à accueillir, à écouter et à commander, capacité à vivre au dedans et à s’ouvrir à la vie extérieure.
J’ajoute également la qualité d’écriture qui en fait un talent littéraire de son temps, celui de Malherbe et des premiers écrivains qui ont mené notre langue à sa maturité.
Elle écrit superbement :
Dieu fait connaître à l’âme que tout ce qu’elle a appartient à Dieu. Elle n’est rien et n’a rien. Si elle est belle, c’est de la beauté de Dieu. Si elle est bonne, c’est de la bonté de Dieu ; si elle est sage, c’est de la sagesse de Dieu. Si elle est riche, c’est des richesses de Dieu.
Quand Dieu appelle une âme, il lui donne son double esprit pour vaquer au dedans et au dehors de lui, et pour l’amour de Dieu.
 »

 
Après la célébration, le temps ensoleillé rendit possible dans la cour du presbytère un moment très convivial autour d’un apéritif. Puis vint le moment des témoignages : une catéchiste, une directrice d’école primaire, un prêtre étudiant et Monseigneur Honoré dirent avec simplicité et conviction comment ils avaient connu Marie de l’Incarnation, ce qu’elle représentait pour eux et quel message elle pouvait donner à notre temps : ce temps fort clôtura la soirée dans l’action de grâce !

Echanges...
Conversation...
Un public captivé

Tours - Juin 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Donne-toi joyeusement et librement.

Sainte Angèle Merici

Suivez-nous sur Facebook

Dernière mise à jour :
19 juillet 2018