Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Ste Angèle Merici > Ses écrits > Angèle Merici : ses Avis

Angèle Merici : ses Avis

Après cinq années d’expérience de la Règle, Sainte Angèle Merici veut préciser davantage ce qu’elle attend des responsables de la Compagnie qu’elle a fondée. Peu avant sa mort en 1540, elle adresse des Avis aux supérieures locales de la Compagnie, qu’elle désigne comme des colonelles, c’est-à-dire, des responsables de quartier, selon l’ancienne division de Brescia en « colonellats » ou quartiers. C’est surtout par les Avis que l’esprit d’Angèle a perduré à travers les siècles, car en traitant des relations des supérieures entre elles et avec leurs sœurs, elle leur propose des attitudes fondamentales de foi en leur mission et d’amour plein de délicatesse et de respect. Ces Avis ont été à la base de toute l’action éducative des Ursulines, car il s’agit d’apprécier chacune, de l’aimer, de veiller sur elle, et de lui faire du bien de toutes sortes de manières.

PROLOGUE des Avis

Avis P,1 - Sœur Angèle, indigne servante de Jésus-Christ,

Avis P,2 - à ses filles et sœurs très aimées, les colonelles de la Compagnie de Sainte-Ursule.

Avis P,3 - La force et le vrai réconfort du Saint-Esprit soient en vous toutes,

Avis P,4 - afin que vous puissiez soutenir et remplir virilement et fidèlement la charge que vous avez à porter,

Avis P,5 - et attendre en même temps la grande récompense que Dieu vous a préparée si vous vous efforcez, chacune de votre côté, d’être fidèles et pleines de sollicitude pour ses épouses

Avis P,6 - qui vous ont été confiées pour que vous les gardiez et veilliez sur elles comme de très vigilantes bergères et de sages ministres.

Avis P,7 - Alors, combien vous devez prier Dieu de vous éclairer, et de vous diriger, et de vous enseigner ce que vous avez à faire pour son amour en cette tâche ;

Avis P,8 - Il ne peut y en avoir de plus digne que celle-là : être les gardiennes des épouses du Très-Haut !

Avis P,9 - C’est pourquoi, vous devez aussi considérer de quelle manière vous devez les apprécier,

Avis P,10 - car plus vous les apprécierez, plus vous les aimerez ; plus vous les aimerez, plus vous aurez soin d’elles et veillerez sur elles.

Avis P,11 - Et il vous sera impossible de ne pas vous en soucier jour et nuit, et de ne pas les avoir gravées dans votre cœur, toutes et une à une, car ainsi fait et opère le véritable amour.

Avis P,12 - Et cette charge ne doit pas vous peser ; au contraire, vous devez remercier Dieu grandement de ce qu’il ait daigné faire en sorte que vous soyez de celles à qui il demande de se dépenser pour gouverner et sauvegarder un tel trésor, qui est le sien.

Avis P,13 - Grâce vraiment grande et sort inestimable si vous voulez les reconnaître.

Avis P,14 - N’ayez pas peur de ne pas savoir, ni de pas pouvoir faire ce qu’on exige à bon droit pour un gouvernement si singulier.

Avis P,15 - Ayez espérance et foi ferme en Dieu, car il vous aidera en toute chose.

Avis P,16 - Priez-le, humiliez vous sous sa grande puissance, car, sans aucun doute, de même qu’il vous a confié cette charge, de même aussi il vous donnera les forces nécessaires pour la remplir, pourvu que vous ne manquiez pas de votre côté.

Avis P,17 - Agissez, remuez-vous, croyez, faites des efforts, espérez, criez vers lui de tout votre cœur ;

Avis P,18 - et sans aucun doute vous verrez des choses admirables si vous orientez tout vers la louange et la gloire de sa Majesté et vers le bien des âmes.

Avis P,19 - Et parmi les autres choses que vous devez faire avec la grâce de Dieu,

Avis P,20 - je vous pris toutes, ou plutôt je vous supplie par amour de la Passion de Jésus-Christ et de la Madone, efforcez-vous de mettre en pratique ces quelques avis

Avis P,21 - que je vous laisse à présent pour être exécutés après ma mort ; ils seront pour vous un mémorial d’au moins une partie de mon vouloir et de mon désir.

Avis P,22 - Et en cela, je connaîtrai si vous avez à cœur de me faire plaisir.

Avis P,23 - Car, sachez-le, maintenant je suis plus vivante que si j’étais en cette vie ;

Avis P,24 - et je vois mieux, j’aime et j’apprécie davantage les bonnes actions que continuellement je vous vois faire,

Avis P,25 - et à présent je veux et je peux davantage vous aider et vous faire du bien de toutes sortes de manières.

 
PREMIER AVIS

Avis 1,1 - En premier lieu donc, mes filles et mes sœurs très chères dans le Sang de Jésus-Christ,

Avis 1,2 - je vous rappelle de vous efforcer, avec l’aide de Dieu, d’acquérir et de planter en vous cette juste conviction et cet humble sentiment : ne vous jugez pas dignes d’être supérieures et colonelles.

Avis 1,3 - Au contraire, considérez-vous comme ministres et servantes pensant que vous avez plus besoin, vous, de les servir [vos filles] qu’elles n’ont besoin, elles, d’être servies ou gouvernées par vous ;

Avis 1,4 - et que Dieu pourrait bien y pourvoir par d’autres instruments encore meilleurs que vous.

Avis 1,5 - Mais, dans sa miséricorde, il a voulu se servir de vous comme de ses instruments, pour votre meilleur bien, afin que vous puissiez mériter davantage de son infinie bonté et qu’il ait sujet de vous récompenser.

Avis 1,6 - Apprenez de notre Seigneur, lui qui, pendant qu’il était en ce monde, était comme un serviteur, obéissant au Père éternel jusqu’à la mort.

Avis 1,7 - Et c’est pour cela qu’il dit : “ Ego fui in vobis non tamquam qui recumbit, sed ut qui ministrat ” ; c’est-à-dire : j’ai été au milieu de vous non comme celui qui est servi, mais comme celui qui sert.

Avis 1,8 - et saint Grégoire, bien qu’il fût Pape, se nommait néanmoins serviteur des serviteurs de Dieu.

Avis 1,9 - Ainsi, il exerçait l’office de supérieur et de pape ; dans son cœur cependant, il se considérait plus petit que les autres, et comme le serviteur des serviteurs de Dieu, se souvenant des mots de l’Évangile : “ qui maior inter vos, fiat sicut minor ”.

Avis 1,10 - De même vous aussi, soyez supérieures de cette manière-là, et donc reconnaissez-vous et estimez-vous plus petites que vos filles.

Avis 1,11 - Car si vous faites ainsi, Dieu lui-même vous exaltera ensuite dans la mesure où vous vous serez abaissées.

Avis 1,12 - Ce n’est pas inutilement ni sans motif, en effet, que le cœur d’un vrai et prudent serviteur de Dieu s’humilie et anéantit en lui-même la considération de soi et la jouissance en sa propre réputation ;

Avis 1,13 - c’est qu’il espère et attend de Dieu une autre jouissance, une gloire et un honneur plus vrais ;

Avis 1,14 - car il croit fermement ce que dit l’Évangile : “ qui se humiliat exaltatibur ” ; c’est-à-dire : celui qui s’abaisse sera élevé.

 
DEUXIEME PRECEPTE

Précepte 2,1 - Soyez affables et humaines envers vos chères enfants.

Précepte 2,2 - Et efforcez-vous d’agir poussées seulement par le seul amour de Dieu et le seul zèle des âmes, quand vous les reprendrez et les conseillerez, ou quand vous les exhorterez à quelque bien ou les détournerez de quelque mal.

Précepte 2,3 - Car vous obtiendrez davantage par la tendresse et l’affabilité que par la rudesse et de durs reproches,

Précepte 2,4 - lesquels doivent être réservés seulement aux cas de nécessité ;

Précepte 2,5 - et même alors selon le lieu et le temps, et selon ce que sont les personnes.

Précepte 2,6 - Mais la charité, qui dirige toute chose pour l’honneur de Dieu et le bien des âmes, c’est elle qui enseigne un tel discernement,

Précepte 2,7 - et meut le cœur à être, selon le lieu et le temps, tantôt aimable et tantôt sévère, et un peu ou beaucoup, suivant les besoins.

Précepte 2,8 - Si vous en voyez une pusillanime et timide, et portée à l’abattement, réconfortez-la, inspirez-lui courage, promettez-lui le bienfait de la miséricorde de Dieu, dilatez son cœur par toutes sortes de consolations.

Précepte 2,9 - Et au contraire, si vous en voyez une autre présomptueuse, à la conscience large, peu timorée, à celle-là inspirez de la crainte ;

Précepte 2,10 - et rappelez-lui la rigueur de la justice de Dieu,

Précepte 2,11 - et combien le péché est chose subtile, et comment nous vivons au milieu de pièges, et comment nous avons toujours quelque raison de nous maintenir dans la crainte, comme dit l’Écriture : “ Beatus qui semper est pavidus ” ; c’est-à-dire : heureux celui qui demeure toujours dans la crainte.

 
TROISIEME PRECEPTE

Précepte 3,1 - Demeurez soumises aux mères principales que je vous laisse à ma place, comme cela est juste.

Précepte 3,2 - et ce que vous faites, faites-le en leur obéissant, et non en suivant votre jugement propre.

Précepte 3,3 - Car en leur obéissant vous m’obéirez à moi ; et en m’obéissant à moi, vous obéirez à Jésus-Christ,

Précepte 3,4 - lui qui, dans sa bonté immense, m’a élue pour être mère, et vivante et morte, de cette si noble Compagnie, bien que, pour ma part, j’en fusse très indigne ;

Précepte 3,5 - et m’ayant élue, il m’a aussi donné la grâce de pouvoir la gouverner selon sa volonté.

Précepte 3,6 - Maintenant, s’il vous arrivait d’avoir quelque juste raison de les contredire ou de les reprendre, faites-le avec délicatesse et respect.

Précepte 3,7 - Et si elles ne veulent pas en tenir compte, prenez patience.

Précepte 3,8 - Et sachez qu’il est juste d’aimer les mères si elles sont bonnes, et de les supporter si elles sont étranges.

Précepte 3,9 - Et gardez-vous absolument de vous plaindre, de murmurer, de mal parler d’elles, ni avec d’autres personnes ni avec vos filles.

Précepte 3,10 - Mais conserver toujours à vos mères l’honneur et le respect, sachant que, si Dieu commande d’honorer les pères et les mères selon la nature, à plus forte raison doit-on estimer les mères spirituelles.

Précepte 3,11 - Faites donc en sorte qu’elles soient toujours estimées et respectées, spécialement parmi vos filles.

Précepte 3,12 - Et pensez que si elles sont bonnes vous ne les méritez pas ; et que si elles sont mauvaises, vous en mériteriez encore de pires.

Précepte 3,13 - Pourtant, si vous avez sur le cœur quelque chose qui vous déplaise en elles, vous pourrez très bien et sans scrupule en parler en secret à quelque personne bonne et fidèle à tous égards et point de vue.

Précepte 3,14 - Sachez cependant que, là où vous voyez clairement que le salut et l’honnêteté de vos filles sont en péril, vous ne devez absolument pas y consentir ni le tolérer, ni avoir égard à rien.

Précepte 3,15 - Mais tout cela toujours avec discernement et maturité de jugement.

 
QUATRIEME AVIS

Avis 4,1 - Vous serez attentives et vigilantes pour connaître et comprendre la conduite de vos filles, et pour être au courant de leurs besoins spirituels et temporels.

Avis 4,2 - Et alors pourvoyez-y vous-mêmes de votre mieux, si vous le pouvez ; car vous devrez donner aux matrones le moins de gêne et d’embarras possible.

Avis 4,3 - Mais si vous ne pouvez vous-mêmes y pourvoir, recourez aux mères principales, et vite, et sans aucune hésitation, exposez-leur les besoins de vos brebis.

Avis 4,4 - Et si vous voyez qu’elles tardent à y pourvoir, usez d’instances ;

Avis 4,5 - et, en ce cas, soyez même de ma part importunes et ennuyeuses.

Avis 4,6 - Si jamais en effet, à cause de vous et de votre négligence, quelqu’une périssait, Dieu vous en demanderait un compte rigoureux au jour du jugement.

Avis 4,7 - Car vous devez savoir ceci et le tenir pour certain : que jamais il ne manquera de subvenir à leurs besoins, tant corporels que spirituels, pourvu que rien ne manque de votre côté.

Avis 4,8 - Car si c’est Dieu qui a planté cette Compagnie, jamais il ne l’abandonnera ;

Avis 4,9 - L’Écriture dit en effet : “ Numquam vidi iustum derelictum, nec semen eius quaerens panem ” ; c’est-à-dire : jamais je n’ai vu le juste être abandonné, ni sa descendance aller mendier.

 
CINQUIEME AVIS

Avis 5,1 - Souvent, selon que vous en aurez le temps et la possibilité, spécialement les jours de fête, veuillez aller visiter vos chères filles et sœurs,

Avis 5,2 - et les saluer, voir comment elles se portent, les réconforter, les encourager à persévérer dans la vie commencée ;

Avis 5,3 - les inviter à désirer les allégresses et les biens célestes, à soupirer après ces fêtes joyeuses et nouvelles du ciel, ces bienheureux et éternels triomphes ;

Avis 5,4 - et à abandonner totalement désormais l’amour de ce monde misérable et traître, où il n’y a jamais ni repos ni aucun contentement vrai,

Avis 5,5 - mais seulement de vains songes, ou de durs labeurs, et toutes sortes de choses malheureuses et mesquines.

Avis 5,6 - Rappelez-leur de bien se comporter dans les maisons, avec bon sens, avec prudence et modestie,

Avis 5,7 - et d’être en toutes choses réservées et sobres.

Avis 5,8 - Qu’elles mangent et boivent non par plaisir ni pour rassasier leur appétit, mais seulement parce qu’il faut soutenir la nature afin de mieux servir Dieu.

Avis 5,9 - Qu’elles soient sobres aussi dans le dormir, dormant seulement selon ce que requiert la nécessité ;

Avis 5,10 - et aussi dans le rire, qu’elles soient réservées et sobres.

Avis 5,11 - En écoutant, qu’elles ne se plaisent à entendre que des choses convenables et permises et nécessaires.

Avis 5,12 - En parlant, qu’elles ne disent que des paroles sages et mesurées, ni âpres ni dures, mais aimables, portant à la concorde et à la charité.

Avis 5,13 - Dites-leur que, où qu’elles se trouvent, elles donnent le bon exemple.

Avis 5,14 - Et qu’elles soient pour tous une bonne odeur de vertu.

Avis 5,15 - Et qu’elles soient obéissantes et soumises à leurs supérieurs.

Avis 5,16 - Et qu’elles cherchent à mettre la paix et la concorde où elles seront.

Avis 5,17 - Par-dessus tout qu’elles soient humbles et affables.

Avis 5,18 - Et que tout leur comportement, leurs actions et leurs paroles, soient animés de charité, et qu’elles supportent toutes choses avec patience car c’est avec ces deux vertus principalement que l’on fracasse la tête au diable.

Avis 5,19 - Et quand vous le visiterez, je vous donne cette charge de la saluer, et de leur serrer la main aussi de ma part.

Avis 5,20 - Et dites-leur de vouloir être unies et vivre ensemble dans la concorde, étant toutes d’un seul vouloir, et se tenant sous l’obéissance de la Règle, car tout est là.

Avis 5,21 - Qu’elles fassent honneur à Jésus-Christ, à qui elles ont promis leur virginité et leur être tout entier.

Avis 5,22 - Qu’elles mettent leur espérance et leur amour en Dieu seul, et non en une personne vivante.

Avis 5,23 - Réconfortez-les, encouragez-les, qu’elles continuent de bon gré.

Avis 5,24 - Et vous leur direz la bonne nouvelle que je leur annonce de la part de Jésus-Christ et de la Madone :

Avis 5,25 - combien elles doivent jubiler, et faire fête, puisque dans le ciel est préparé pour toutes et pour chacune, une à une, une nouvelle couronne de gloire et d’allégresse,

Avis 5,26 - pourvu qu’elles demeurent fermes et stables dans leur résolution.

Avis 5,27 - Et qu’elles s’efforcent d’observer la Règle.

Avis 5,28 - Et, de cela, qu’elles ne doutent jamais.

Avis 5,29 - Certes, elles rencontreront parfois des tribulations ou des difficultés ; mais cela passera vite et se changera en allégresse et en joie.

Avis 5,30 - Et puis, la souffrance de ce monde est un rien par rapport aux biens qui sont en Paradis.

Avis 5,31 - Qu’elles tiennent encore ceci pour très certain : que jamais elles ne seront abandonnées dans leurs besoins. Dieu y pourvoira admirablement.

Avis 5,32 - Qu’elles ne perdent pas l’espérance.

Avis 5,33 - Combien de seigneurs, de reines et autres grands personnages, malgré leurs richesses et leur puissance, ne pourront trouver un vrai soulagement en tel ou tel besoin extrême !

Avis 5,34 - Et elles, au contraire, malgré leur pauvreté, trouveront consolation et réconfort.

Avis 5,35- Vous leur direz encore que, maintenant, je suis plus vivante que je ne l’étais quand elles me voyaient corporellement,

Avis 5,36 - et que maintenant je les vois et les connais mieux.

Avis 5,37 - Et que je puis et veux les aider plus encore.

Avis 5,38 - Et que je suis continuellement au milieu d’elles avec Celui-là qui m’aime, ou plutôt qui nous aime, nous toutes,

Avis 5,39 - pourvu qu’elles croient, et ne perdent par le courage et l’espérance.

Avis 5,40 - Elargissez donc pour elles la mesure des promesses, qui ne manqueront pas de réalisations surtout pour celles que vous verrez être désolées, incertaines et craintives.

Avis 5,41 - Dites-leur qu’elles désirent me voir non pas sur la terre, mais au ciel, où est notre amour.

Avis 5,42 - Qu’elles placent en haut leurs espérances et non pas sur la terre.

Avis 5,43 - Qu’elles aient Jésus-Christ pour leur unique trésor, car là sera aussi l’amour ;

Avis 5,44 - Et il faut le chercher non pas ici, en ce monde, mais au plus haut des cieux, à la droite du Père comme dit l’Apôtre : “ Si consurrexistis cum Christo, quae sursum sunt quaerite, quae sursum sunt sapite, et non quae super terram ”.

 
SIXIEME PRECEPTE

Précepte 7,1 - Quant à vous, vivez et comportez-vous de telle façon que vos filles puissent se mirer en vous.

Précepte 7,2 - Et ce que vous voulez qu’elles fassent, faites-le d’abord vous-mêmes.

Précepte 7,3 - Comment pourrez-vous les admonester ou les reprendre pour quelque défaut s’il se trouve encore en vous ?

Précepte 7,4 - ou bien les conseiller, et les stimuler à quelque vertu que vous n’auriez pas les premières,

Précepte 7,5 - ou que, tout au moins, vous ne commenceriez pas alors à pratiquer avec elles ?

Précepte 7,6 - Faites donc en sorte que, à votre exemple aussi, elles s’encouragent et s’entraînent à vivre vertueusement.

Précepte 7,7 - Et veuillez vous rendre conformes à elles en toute action honnête et vertueuse qui vous convienne et vous soit possible, particulièrement en ce qui concerne le comportement, la fréquentation de la confession et de la communion et autres œuvres semblables.

Précepte 7,8 - Car il est juste et convenable que les mères soient un exemple et un miroir pour leurs filles, spécialement dans la modestie, le comportement et autres actions ordinaires et sortant de l’ordinaire.

 
SEPTIEME AVIS

Avis 7, 1 - Sachez que vous avez à défendre et à protéger vos brebis contre les loups et les voleurs, c’est-à-dire contre deux sortes de personnes pestilentielles : les gens mondains ou faux religieux avec leurs tromperies, et les hérétiques.

Avis 7, 2 - Premièrement donc, pour ce qui est de la fréquentation du monde, veillez spécialement à ce qu’elles n’entrent pas en familiarité avec des jeunes gens, et aussi avec d’autres hommes, fussent - ils spirituels,

Avis 7, 3 - Car trop de familiarité spirituelle avec des hommes se change presque toujours en familiarité charnelle.

Avis 7, 4 - Autant que vous le pouvez, ne les laissez pas non plus fréquenter des femmes oisives et auxquelles il déplaît de vivre chastement,

Avis 7, 5 - et qui aiment volontiers entendre parler de vanités et de plaisirs mondains.

Avis 7, 6 - Prenez bien garde à ce qu’aucun confesseur, ou autre religieux, ne les détourne d’aucun bon mouvement,

Avis 7, 7 - ou du jeûne,

Avis 7, 8 - ou du ferme propos de virginité,

Avis 7, 9 - ou de l’estime de cette sainte Règle divinement ordonnée,

Avis 7, 10 - ou d’autres bonnes choses semblables.

Avis 7, 11 - Car beaucoup, sous prétexte de bons conseils, détournent l’esprit d’un grand nombre de pauvres filles de leurs bonnes intentions et résolutions.

Avis 7, 12 - Quant à les garder des opinions pestilentielles des hérétiques, si vous entendez dire que quelque prédicateur, ou autre personne, a une réputation d’hérétique,

Avis 7, 13 - ou prêche des nouveautés étrangères à l’usage commun de l’Église,

Avis 7, 14 - et contraires à ce que vous avez reçu de nous,

Avis 7, 15 - alors, avec beaucoup de tact, empêchez vos enfants d’écouter de telles personnes.

Avis 7, 16 - Car il arrive souvent que soient plantées dans l’esprit certaines semences mauvaises, qu’il est ensuite très difficile de déplanter.

Avis 7, 17 - N’ayez donc pas, vous non plus, de familiarité avec eux.

Avis 7, 18 - Laissez-les à eux-mêmes.

Avis 7, 19 - Considérez chacun comme bon,

Avis 7, 20 - mais soyez prudentes pour votre bien à vous.

Avis 7, 21 - Car il vaut mieux suivre ce qui est certain, sans danger, que ce qui est incertain, avec danger.

Avis 7, 22 - Suivez l’ancienne voie et l’usage de l’Église, établis et confirmés par tant de Saints sous l’inspiration du Saint-Esprit. Et menez une vie nouvelle.

Avis 7, 23 - Quant aux autres opinions qui surgissent actuellement, et qui surgiront, laissez-les tomber comme des choses qui ne vous regardent pas.

Avis 7, 24 - Mais priez, et faites prier, afin que Dieu n’abandonne pas son Église, mais veuille la réformer comme il lui plaît,

Avis 7, 25 - et selon ce qu’il voit être mieux pour nous,

Avis 7, 26 - et davantage à son honneur et à sa gloire.

Avis 7, 27 - En effet, en ces temps périlleux et pestiférés vous n’aurez d’autre recours que de vous réfugier aux pieds de Jésus-Christ.

Avis 7, 28 - Car si c’est lui qui vous dirige et vous enseigne, vous serez [bien] enseignées, comme dit encore le prophète : “ Beatus quem tu erudieris Domine ” ; c’est-à-dire : heureux celui que toi, Seigneur, tu auras instruit.

Avis 7, 29 - Alors, humiliez-vous sous sa main puissante, criant avec le Prophète : “ Illumina oculos meos ne unquam obdormiam in morte ”, et vous serez éclairées.

 
HUITIEME AVIS

Avis 8, 1 - Aimez vos chères filles également ; et n’ayez pas de préférence pour l’une plutôt que pour l’autre,

Avis 8, 2 - puisqu’elles sont toutes créatures de Dieu. Et vous ne savez pas ce qu’il veut faire d’elles.

Avis 8, 3 - En effet, comment pouvez-vous savoir, vous, si celles qui vous paraissent les plus insignifiantes et les plus dépourvues ne vont pas devenir les plus généreuses et les plus agréables à sa Majesté ?

Avis 8, 4 - Et puis, qui peut juger les cœurs et les pensées secrètes au-dedans de la créature ?

Avis 8, 5 - Alors, prenez-les dans votre amour et supportez-les toutes également, car il ne vous appartient pas de juger les servantes de Dieu : il sait bien ce qu’il veut faire d’elles,

Avis 8, 6 - lui qui (comme dit l’Écriture) peut transformer des pierres en enfants du ciel.

Avis 8, 7 - Mais vous, faites votre devoir en les corrigeant avec amour et charité, si vous les voyez tomber dans quelque faute par suite de quelque fragilité humaine ;

Avis 8, 8 - et ainsi vous ne cesserez d’émonder cette vigne qui vous est confiée.

Avis 8, 9 - Et après, laissez faire Dieu : il fera des choses admirables en son temps et quand il lui plaira.

 
DERNIER AVIS

Der Avis, 1 - Mon tout dernier mot pour vous - et je vous le dis en vous priant même avec mon sang - est que vous viviez dans la concorde, unies ensemble, toutes d’un seul cœur et d’un seul vouloir.

Der Avis, 2 - Soyez liées l’une à l’autre par le lien de la charité, vous estimant, vous aidant, vous supportant en Jésus-Christ.

Der Avis, 3 - Car si vous vous efforcez d’être ainsi, sans aucun doute le Seigneur sera au milieu de vous ;

Der Avis, 4 - vous aurez en votre faveur la Madone,

Der Avis, 5 - les Apôtres,

Der Avis, 6 - tous les Saints et Saintes,

Der Avis, 7 - les Anges,

Der Avis, 8 - et finalement tout le ciel et tout l’univers.

Der Avis, 9 - Car Dieu l’a ordonné ainsi de toute éternité, que ceux qui sont unis dans le bien pour son honneur auront toutes sortes de prospérités, et tout ce qu’ils feront tournera bien, puisqu’ils ont Dieu lui-même et chacune de ses créatures en leur faveur.

Der Avis, 10 - Voyez donc combien importe cette union et concorde.

Der Avis, 11 - Alors désirez-la,

Der Avis, 12 - recherchez-la,

Der Avis, 13 - embrassez-la,

Der Avis, 14 - retenez-la de toutes vos forces,

Der Avis, 15 - car, je vous le dis, étant ainsi unies de cœur toutes ensemble, vous serez comme une forteresse ou une tour inexpugnable,

Der Avis, 16 - contre toutes les adversités,

Der Avis, 17 - et persécutions,

Der Avis, 18 - et tromperies du démon.

Der Avis, 19 - Et je vous certifie de plus que toute grâce que vous demanderez à Dieu vous sera infailliblement accordée.

Der Avis, 20 - Et moi, je serai au milieu de vous, aidant vos prières.

Der Avis, 21 - Encouragez donc vos filles à poursuivre courageusement l’œuvre commencée.

Der Avis, 22 - Et en même temps réjouissez-vous, car sans aucun doute ce que je vous dis se réalisera.

Der Avis, 23 - Sans parler de la grâce très grande et inappréciable que Celui qui m’aime, ou plutôt qui nous aime, vous accordera au moment suprême de la mort,

Der Avis, 24 - puisque c’est dans les grands besoins qu’on reconnaît l’amitié véritable.

Der Avis, 25 - Et croyez fermement qu’alors surtout vous connaîtrez que je suis votre fidèle amie.

Der Avis, 26 - Maintenant je vous laisse ; soyez consolées et ayez vives la foi et l’espérance.

Der Avis, 27 - Mais auparavant je veux que vous soyez bénies, in nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.