Bouton Menu Mobiles

Accueil > Archives > Rencontrer > Vie des communautés > 2014 > Tours > Un départ sans retour

Un départ sans retour

Communauté des Ursulines de Tours
Un départ sans retour

L’année 2014 est importante pour notre communauté Ursuline aussi bien que pour le Centre Marie de l’Incarnation car elle marque un grand évènement de l’histoire de l’Eglise : l’anniversaire du départ de Tours puis de l’arrivée à Québec de notre Sœur Marie de l’Incarnation Guyart.

Ce 22 janvier, notre communauté s’est réunie à l’ermitage saint Joseph

Nous y avons fait mémoire du 22 Janvier 1639, jour où dans ce lieu même, il y a 375 ans, la prieure du couvent de Tours apprenait à la communauté stupéfaite que leur sœur Marie de l’Incarnation allait partir pour le Canada. Celle-ci avait trouvé le prétexte de remplir son tour à la cuisine pour ne pas être là à ce moment…Sans doute ne savait-elle pas quelle figure faire !! « Toute chacune fut si surprise de cette nouvelle qu’elles ne pouvaient comprendre qu’elle fut véritable, ne s’étant jamais persuadées qu’une chose semblable put arriver, tant on l’estimait extraordinaire ». Un mois plus tard, jour pour jour, elle quittait définitivement sa ville de Tours.

Oratoire saint Joseph

Le samedi 22 février prochain,
nous ferons mémoire du 375° anniversaire de ce grand départ,
au cours de la Messe dominicale qui aura lieu à saint Pierre Ville à 18h30.

Le matin même, 22 février 1639, Monseigneur Bertrand d’Eschaux envoya son carrosse pour que les deux Ursulines, Marie de l’Incarnation et Marie de Saint Joseph, vinssent lui faire leurs adieux, accompagnées de la Mère Prieure et d’une chantre du Monastère. Après avoir entendu la messe et communié, elles prirent leur réfection avec Monseigneur. Celui-ci leur fit une belle exhortation, les envoya en mission, et fit chanter le psaume « in exitu » (« quand Israël sortit d’Egypte.. ») et le magnificat. Les fondatrices revinrent quelques heures au monastère dire un dernier adieu à toutes, puis ce fut le départ en carrosse par le faubourg St Pierre des Corps et la route d’Amboise au sud de la Loire.

Il leur faudra encore deux mois de démarches multiples à Paris, avant que l’embarquement se fasse à Dieppe avec les Augustines,
le 4 mai 1639.

Le 22 février, les Ursulines de Tours chanteront à nouveau le psaume « in exitu » et le magnificat, pour rendre grâce au Seigneur de toute l’œuvre accomplie par ces premières Ursulines, missionnaires au grand cœur, fondatrices de la première école de filles en Amérique du Nord et soutien de l’Eglise naissante qu’elles ont contribué à bâtir au Canada avec toutes celles qui ont suivi depuis 375 ans…

Un départ sans retour


Janvier 2014

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.