Bouton Menu Mobiles

Accueil > Connaître > Marie de l’Incarnation Guyart > Documents > 1985 / 2015 : 30 années d’existence.

1985 / 2015 : 30 années d’existence.

Il y a 30 ans, les 20 et 21 avril 1985, s’ouvrait à Tours, dans le bâtiment dit « la Petite Bourdaisière », le Centre Marie de l’Incarnation.

Après les années qui avaient vu la restauration de la Chapelle St Michel, c’était un nouveau développement qui, à la suite de sa béatification en 1980, prenait naissance autour de l’Ursuline Marie de l’Incarnation Guyart. Voici ce qu’en écrit Mgr Beaumier, l’infatigable restaurateur de la mémoire de cette grande figure tourangelle.

La Petite Bourdaisière vue de la cour

On a célébré cet événement avec l’éclat qui convenait, ayant la participation de Monseigneur l’Archevêque, Jean Honoré, et de Monsieur le Maire, Jean Royer. Deux jours bien remplis y furent consacrés, samedi 20 avril 1985 et le dimanche, le 21.

Le bâtiment qui abrita les premières Ursulines, établies dans ce quartier en 1625, portait le nom de « La petite Bourdaisière »... Sa valeur, son importance, sa richesse n’est pas dans ses vieilles briques ou dans ces poutres noircies, mais bien dans les souvenirs toujours vivants des personnes qui ont vécu dans ses murs. Ces murs parlent encore ; ils parleront toujours au coeur et à la mémoire de ceux qui jouissent de la faculté d’interroger les vrais souvenirs.

Un mot d’histoire sur ce berceau du couvent des Ursulines à Tours. Nous savons que la modeste mais vivante communauté grandit rapidement et rayonna dans la ville. Ce sont les années de Marie Guyart-Martin, de l’Incarnation, qui marquèrent particulièrement cette période. Et ce sont précisément les années qui nous intéressent. Marie habita cette maison.

Premier couvent des Ursulines, La Petite Bourdaisière était un édifice attaché à l’ensemble du monastère dans les années suivantes. Il en fut ainsi jusqu’à la Révolution, où les religieuses furent chassées.

Le Centre, rue du Petit Pré

Absentes de Tours depuis 1792, les Ursulines viennent d’y rentrer en 1981, à la faveur des événements récents, surtout de la béatification de la grande Tourangelle, tombée dans l’oubli... Donc deux siècles d’un lourd silence...

Sous la direction d’une supérieure perspicace et active, tout de suite on a jugé important de parler de La petite Bourdaisière, berceau du couvent des Ursulines en 1625 et attachée à la chapelle Saint Michel. C’est le foyer naturel des importants souvenirs de Marie de l’Incarnation...

Une espérance pointait ! Des conversations s’amorcèrent. « De démarches en démarches, m’écrit la supérieure, soeur Marie de la Trinité - on en est maintenant à l’espérance de cette maison historique. Si l’espérance se réalise, ce sera un miracle ! » (30 décembre 1981). Un an après, ce miracle était réalité.

Décision prise, vite au travail de restauration qui s’impose !

Le musée

Il aura fallu près de deux ans pour remettre la maison, non pas comme au XVIIe siècle, mais pour lui redonner autant que possible, un rajeunissement, permettant d’utiliser les principales pièces, et en faire un centre d’intérêt historique et spirituel, d’où la nouvelle Bienheureuse Marie de l’Incarnation, revenue chez elle, accueillera tous ceux qui la visitent.

La Petite Bourdaisière sera donc désormais le Centre Marie de l’Incarnation, à Tours.

Image du Blog nounoutiti.centerblog.net
_ « Bienvenue en cette maison,
où j’ai vécu pendant huit ans,
entre 1631 et 1639.

C’est ici que
je suis entrée au monastère des Ursulines,
car elles sont instituées pour aider les âmes.
Mon cœur est devenu un avec le Cœur de Jésus.
De là, j’ai été appelée à partir en mission au Canada,
pour y « faire une maison à Jésus et à Marie ».


Laisse-toi aimer par le grand Dieu de bonté.

Marie de l’Incarnation, Trois-Rivières


Suis la pente de ton cœur,
la pente au bien,
et mets-la en acte.
N’aie pas peur de dire « oui » à Jésus,
d’être tout à Lui.
Il veut être ton Tout,
ta Voie, ta Vérité, ta Vie.
Amour est son nom.
Il te conduit par son Esprit d’Amour.
Laisse-le être le Maître de ton cœur.

Là où tu es, rejoins les ouvriers de l’Évangile.
Rien n’est plus grand que d’annoncer la Parole de Dieu.
Cherche les intérêts de Jésus.
Qu’Il soit connu, aimé, adoré de tous.
Adresse tes demandes à Dieu Père par le Cœur de Jésus,
c’est par Lui que tu seras exaucé(e).

Mène une vie nouvelle.
Je t’accompagne par le témoignage de ma vie.
Comme Sainte Angèle,
je te connais, je veux et je peux t’aider.
Dieu te bénisse et te garde. »

Marie de l’Incarnation Guyart, Ursuline.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.